25 novembre 2012

Où j'ai vraiment besoin qu'on me hurle dessus


 Grosse grosse baisse de moral et de motivation. J'ai l'impression de ne rien faire et pourtant de totu faire mal. C'est une phrase illogique qui rythme mes journées. Je suis fatiguée parce que je ne dors pas assez. J'ai des mauvaises notes (enfin je crois) car je ne travaille pas assez. Je me sens seule vu que je ne sors pas assez. Je me sens grosse car je mange plus qu'assez. Je me sens moche car je ne me poupougne pas assez. Je suis pauvre car je ne bosse pas assez.

Je suis vraiment perdue je en sais pas comment avancer ni même où avancer. Je ne sais même pas si la prépa me plaît ou pas. Ca fait pourtant trois mois et je ne sais toujours pas. J'ai ce doute permanent au fond de moi, es-ce ce qu'il me faut ? Il me faut du soleil, rien que du soleil et une foutue montre pour arrêter le temps. Je ne sais même pas ce que je dis. D'ici j'ai l'air dépressive et malheureuse pourtant y a de bons jours, de vrais bons jours où tout est génial mais j'ai comme l'impression qu'ils sont de plus en plus rares. Je me morfonds dans les tréfonds de ma couette et je geins toute la journée sans rien faire pour y remédier. Ce n'est pas moi, je ne me reconnais plus. J'ai toujours été persévérante, têtue, motivée et là je ne suis plus qu'une boule d'aigreur. Je ne sais plus.

La marche pour la khâgne est encore plus dure à gravir que celle qui sépare la terminale de l'hypokhâgne dit-on. Et je flippe, je flippe vraiment ma race, je ne suis pas du totu certaine de faire la seconde année et d'un autre côté à quoi ça rime de finir celle-ci alors ? Pourquoi ne pas aller de suite en fac ? Je m'accroche, je fais semblant de m'accrocher. Je ne sais même plus. Je suis loin d'être mauvaise, je suis même dans le premier quart de ma classe mais à quel prix ? Je ne suis pas sûre de pouvoir donner plus toujours plus. C'était sympa un peu, dur mais exaltant un peu comme une émission à la koh lanta mais de là à savoir si le jeu doit vraiment durer deux ans ... Les blagues les meilleures sont les plus courtes.

PS: Je suis certaine que c'est bourré de fautes mais j'ai même la flemme de me relire
Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. Courage!!! Je me retrouve trop dans ton message! Je te dirais que le meilleur est à venir mais quand on me le dit, ça ne me remonte pas le moral...

    RépondreSupprimer
  2. et la fac ce ne sont pas des vacances, crois-moi, j'en sais qq chose!

    RépondreSupprimer
  3. Accroches toi, ton portrait est tout bonnement celui de toutes hypokhagneuses quand bien meme les gens autour de toi paraissent rayonnants de santé ou que sais-je... C'est une mauvaise passade. Concentres-toi sur ton année là et après tu verras si tu veux continuer ou pas, mais ce dont tu as besoin c'est d'une pause ou d'un bon week-end pour te faire plaisir et sans culpabiliser :)

    RépondreSupprimer
  4. Ton article me fait beaucoup de peine je ne sais pas vraiment pourquoi.
    J'espère que ça ira mieux bientôt. Très bientôt.

    RépondreSupprimer
  5. Courage ! En fin d'année, tu seras fière du chemin parcouru et d'avoir persévéré.

    RépondreSupprimer
  6. Oui courage! La prépa c'est une remise en question permanente: suis-je à ma place? vais-je y arriver? Mais tes résultats prouvent que ça vaut la peine! Ca va passer plus vite que tu ne le penses.
    Par contre, pense quand même à te chouchouter un peu. L'effet mois de novembre n'aide certainement pas à se sentir bien! Ménage toi un peu de temps pour toi, pour respirer et te reposer, faire autre chose pendant quelques heures. Ce n'est pas du temps perdu que de savoir s'arrêter et faire un peu le point.

    RépondreSupprimer
  7. Novembre-Décembre est le mois le plus difficile. T'inquiète pas, on a tous envie de se tailler une veine voire deux, voire l'aorte ou la jugulaire pour en finir tout à fait rapidement. Ca passera. Et tu verras que le soleil reviendra. (:

    RépondreSupprimer