07 novembre 2012

N°Indigo


Je ne fais rien de mes journées. Où plutôt je cours partout pour m'abrutir. Le matin je fais aide aux devoirs - ironique, non vu le retard accumulé dans les miens - je mange sur le pouce dans le métro direction Hôtel de Ville. Beaubourg voit défiler mes heures, je fais les petites choses le vocabulaire et la grammaire pour avoir l'impression d'avancer; je fais du surplace. Les jours avance, je me sens dans l'urgence, dans la merde disons le et pourtant je trouve toujours pire (car je cherche toujours pire), ça me rassure. Mais soyons lucide cette fin de semaine pue, je ne suis pas encore rentrée que je déprime déjà, mes cernes se reforment et au fond du ventre la boule d'angoisse reviens. C'est pas du stress car je stresse positif, c'est cette bonne vieille angoisse bloquante qui te dis "oublie, oublie ça sert à rien tout ça, et elle va où ta vie, ça te mène où tout ça ?".C'est vrai ça merde où je vais ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Si ça peut te rassurer, tu n'es pas la seule à déprimer d'avance.... mais faut s'accrocher !!! On va y arriver !!Comme dit mon prof de géo : " Ils ne nous auront pas ! ".

    RépondreSupprimer
  2. en effet, l'approche de la rentrée c'est pas trop la joie et je crois qu'on est tous adeptes de la technique du "SI, je travaille, j'apprends mon vocabulaire d'anglais tavu"

    Tiens bon !

    RépondreSupprimer