14 novembre 2012

Horace, oh désespoir



Alors tu vois je suis là à traînasser face à mon écran et je me demande ce que je pourrais bien écrire sur ce blog que je laisse peu à peu à l'abandon. J'ai pris (comme dans mes devoirs) un retard si considérable sur ce que je veux vous dire que je ne sais par où commencer et je ne préfère rien dire; un peu comme avec cet ami que tu revois 6 ans plus tard et malgré tout le plaisir que tu as à le revoir, il a été absents tellement longtemps que tu n'as rien à dire. Et puis, tout me semble irracontable, chaque journée est tellement dense que la résumé me semble impossible et pourtant quand je finis malgré tout par le coucher sur écran je me sens bête. Y a rien à dire, je ne vais pas vous résumer mes cours ou ce qui s'est dit à la cantine ou la longue liste de mes devoirs ! Je n'ai rien d'autre à dire, je ne fais rien d'autre que me lever, suivre les cours, déjeuner, suivre les cours, rentrer chez moi, regarder un épisode, bosser,manger, bosser, épisode,dormir et rebelote.
J'adore la prépa, vraiment, mais c'est comme si je mettais tout le reste de ma vie sur pause et ça m'angoisse. Si je ratais quelque chose ? Un je ne sais quoi ? Comment serait la vie si j'allais en fac ? Si je vivais seule ? C'est encore et encore la même histoire depuis un an, je veux juste grandir, être indépendante or j'ai l'impression que la prépa va me bouffer moi ou deux ans de ma vie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. T'inquiète, cette impression de ne faire que ça, de mettre sa vie entre parenthèse est normale. Effectivement, si tu étais en fac, tu aurais mille fois plus l'occasion et la tentation de glander, de faire d'autres choses.
    Mais, crois moi, j'y enseigne depuis 2 mois et je suis EFFAREE par ce que j'y vois (des étudiants-touristes qui sont là parce qu'ils ont vu de la lumière, des profs obligés de rabaisser leurs exigences parce que ça ne suit pas, etc...). Alors certes, tu as peut-être le sentiment de te faire bouffer, mais rappelle toi que ce ne sont que 2 années, et que tu auras bien le temps de t'éclater ensuite. La formation que tu suis est si intense et si enrichissante qu'elle prend toute la place, mais 2 ans "sacrifiés" (tout dépend de comment on voit les choses, de quel sacrifice parle-t-on?) pour pouvoir s'éclater ensuite et bien réussir ses études, ça me paraît pas cher payé.
    En gros: une chose après l'autre.

    RépondreSupprimer
  2. Si tu vivais seule, ton emploi du temps serait le même, quand on a autant de travail, on a du mal à lever la tête des bouquins !! Par contre, tu serais peut-être plus sollicitée par les autres (télé, sorties entre amis) et finalement, tu serais encore plus en retard !! Faut voir ça comme une bonne chose, encore 2 ans avec tes parents et après tu pourras vivre ta vie ! :)

    RépondreSupprimer