25 novembre 2012

Où j'ai vraiment besoin qu'on me hurle dessus


 Grosse grosse baisse de moral et de motivation. J'ai l'impression de ne rien faire et pourtant de totu faire mal. C'est une phrase illogique qui rythme mes journées. Je suis fatiguée parce que je ne dors pas assez. J'ai des mauvaises notes (enfin je crois) car je ne travaille pas assez. Je me sens seule vu que je ne sors pas assez. Je me sens grosse car je mange plus qu'assez. Je me sens moche car je ne me poupougne pas assez. Je suis pauvre car je ne bosse pas assez.

Je suis vraiment perdue je en sais pas comment avancer ni même où avancer. Je ne sais même pas si la prépa me plaît ou pas. Ca fait pourtant trois mois et je ne sais toujours pas. J'ai ce doute permanent au fond de moi, es-ce ce qu'il me faut ? Il me faut du soleil, rien que du soleil et une foutue montre pour arrêter le temps. Je ne sais même pas ce que je dis. D'ici j'ai l'air dépressive et malheureuse pourtant y a de bons jours, de vrais bons jours où tout est génial mais j'ai comme l'impression qu'ils sont de plus en plus rares. Je me morfonds dans les tréfonds de ma couette et je geins toute la journée sans rien faire pour y remédier. Ce n'est pas moi, je ne me reconnais plus. J'ai toujours été persévérante, têtue, motivée et là je ne suis plus qu'une boule d'aigreur. Je ne sais plus.

La marche pour la khâgne est encore plus dure à gravir que celle qui sépare la terminale de l'hypokhâgne dit-on. Et je flippe, je flippe vraiment ma race, je ne suis pas du totu certaine de faire la seconde année et d'un autre côté à quoi ça rime de finir celle-ci alors ? Pourquoi ne pas aller de suite en fac ? Je m'accroche, je fais semblant de m'accrocher. Je ne sais même plus. Je suis loin d'être mauvaise, je suis même dans le premier quart de ma classe mais à quel prix ? Je ne suis pas sûre de pouvoir donner plus toujours plus. C'était sympa un peu, dur mais exaltant un peu comme une émission à la koh lanta mais de là à savoir si le jeu doit vraiment durer deux ans ... Les blagues les meilleures sont les plus courtes.

PS: Je suis certaine que c'est bourré de fautes mais j'ai même la flemme de me relire
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 novembre 2012

Horace, oh désespoir



Alors tu vois je suis là à traînasser face à mon écran et je me demande ce que je pourrais bien écrire sur ce blog que je laisse peu à peu à l'abandon. J'ai pris (comme dans mes devoirs) un retard si considérable sur ce que je veux vous dire que je ne sais par où commencer et je ne préfère rien dire; un peu comme avec cet ami que tu revois 6 ans plus tard et malgré tout le plaisir que tu as à le revoir, il a été absents tellement longtemps que tu n'as rien à dire. Et puis, tout me semble irracontable, chaque journée est tellement dense que la résumé me semble impossible et pourtant quand je finis malgré tout par le coucher sur écran je me sens bête. Y a rien à dire, je ne vais pas vous résumer mes cours ou ce qui s'est dit à la cantine ou la longue liste de mes devoirs ! Je n'ai rien d'autre à dire, je ne fais rien d'autre que me lever, suivre les cours, déjeuner, suivre les cours, rentrer chez moi, regarder un épisode, bosser,manger, bosser, épisode,dormir et rebelote.
J'adore la prépa, vraiment, mais c'est comme si je mettais tout le reste de ma vie sur pause et ça m'angoisse. Si je ratais quelque chose ? Un je ne sais quoi ? Comment serait la vie si j'allais en fac ? Si je vivais seule ? C'est encore et encore la même histoire depuis un an, je veux juste grandir, être indépendante or j'ai l'impression que la prépa va me bouffer moi ou deux ans de ma vie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

07 novembre 2012

N°Indigo


Je ne fais rien de mes journées. Où plutôt je cours partout pour m'abrutir. Le matin je fais aide aux devoirs - ironique, non vu le retard accumulé dans les miens - je mange sur le pouce dans le métro direction Hôtel de Ville. Beaubourg voit défiler mes heures, je fais les petites choses le vocabulaire et la grammaire pour avoir l'impression d'avancer; je fais du surplace. Les jours avance, je me sens dans l'urgence, dans la merde disons le et pourtant je trouve toujours pire (car je cherche toujours pire), ça me rassure. Mais soyons lucide cette fin de semaine pue, je ne suis pas encore rentrée que je déprime déjà, mes cernes se reforment et au fond du ventre la boule d'angoisse reviens. C'est pas du stress car je stresse positif, c'est cette bonne vieille angoisse bloquante qui te dis "oublie, oublie ça sert à rien tout ça, et elle va où ta vie, ça te mène où tout ça ?".C'est vrai ça merde où je vais ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

04 novembre 2012

Pleased to meet you


Ravie de vous rencontrer ! Moi c'est Antigone; enfin je crois ... A vrai dire je sais plus bien, je me rappelle plus de grand chose. J'ai dormi et là je me rappelais plus de rien. J'ai regardé autour de moi et il y avait des livres, plein de livres, partout autour. Je me suis levée et j'ai pris le plus proche de moi, tout en haut d'une pile. C'était une pièce de théàtre écrite par un certain Anouilh. Comme je savais pas vraiment ce qu'on doit faire dans ce genre de situation, comme s'il existait un "Retrouver la mémoire pour les nuls", j'ai lu la pièce pour passer le temps. Quand je l'ai eu finie j'ai ressentie un etrange sentiment de satisfaction, de mélancolie, de bonheur, de colère et de vérité. Alors je me suis dit qu'en attendant de retrouver mon véritable nom j'allais m'appeler Antigone.
J'ai attendu et il n'est rien arrivé, personne n'est venu me chercher. J'ai pris un autre livre pour me trouver un meilleur prénom, parce que soyons honnête c'est moche Antigone, mais j'ai pas aimé Lorenzaccio et puis il n'y avait pas de prénom féminin; or je suis certaine d'être une fille il me semble. Comme je m'ennuyai tout de même beaucoup j'ai commencé à pleurer sur le sol, entre les livres et là sous le lit j'ai trouvé un ordinateur. J'ai fait tout les onglets et je suis tombée ici. Sur cette page blanche que d'autres peuvent lire et où moi je peux écrire, encore et toujours écrire pour retrouver mon identité. Je me cherche en cherchant des mots sur internet, en gravant des mots dans l'internet.
Je m’appelle Antigone et je suis ravie de vous rencontrer !
Rendez-vous sur Hellocoton !