01 octobre 2012

One month later

Nan mais tu sais pas quoi ! Ça y est, on fête nos un mois, Hippolyte et moi !  Je sais c'est dingue, moi non plus j'ai pas vu le temps filer; mais tu sais c'est ça quand on file le parfait amour ! Nan je sais pas encore ce qu'il va m'offrir mais bon je sais bien que ce sera pas un très beau cadeau, pour ça on verra dans deux ans. Bah oui j'me vois encore avec lui dans deux ans, tu sais une relation ça se construit dans le long terme ou ça se construit pas ! Bon j'te laisse, hein faut que je lui finisse ma petite dissert' sur notre magnifique amour ! 



Soyons un peu sérieux, je n'écris plus assez souvent ici pour ne vous écrire que des conneries ! Un mois, ça fait un mois que je suis en hypokhâgne et pourtant je suis tout à fait incapable de faire un bilan. Finalement rien d’exceptionnel à dire, j'ai pas vraiment conscience d'être en hypokhâgne. Enfin si, évidemment je m'en rend compte quand je vois mes amis abasourdi par mes lectures, quand je vois les disserts à faire dans mon agenda, chaque fois que je travaille le soir, ou le samedi, ou tout court et pourtant j'ai le sentiment d'être encore au lycée, un lycée plus compliqué, plus intéressant, mais un lycée tout de même.
On me demande si je compte faire les deux années, je ne peux pas répondre. Je ferais ce qui me plaira, pour l'instant je n'abandonne pas, je veux rester, je reste et je fais ce que je dois faire dans ce but. Si je ressens l'envie de faire aussi une khâgne (et si j'ai le niveau pour) c'est parti mon kiki et si par une folie passagère je souhaite khûber alors advienne que pourra. Mais je ne saurais dire où je serai l'année prochaine. A dire vrai, et il m'est difficile de le reconnaitre mais, je suis un peu déçue de l'hypokhâgne. Je me sentais prête à surmonter mon penchant naturel pour la glande pour l'ouverture d'esprit, l'enrichissement culturel qu'elle pouvait m'apporter or je ne ressens pas cet intérêt auquel je m'attendais. C'est très d'y penser, de se dire que j'ai peut-être fait une erreur,de le reconnaitre mais j'ai parfois l'impression de me faire chier en cours. En fait non c'est faux, il n'y a qu'en philo que je m'ennuie mais c'est parce que le prof est objectivement nul, mais je me demande parfois ce que je fais là, si je me suis trompée, si ils ont fait une erreur, si tout est normal. J'ai lu tellement de blogs d'hypokhâgneux/khâgneux qui vivait ces deux années avec passion (aussi bien positive que négative) que j'ai l'impression de rater quelque chose, que ce n'est pas normal de ne pas vivre dramatiquement mon année.
"Ai-je fais le bon choix ?" est une question à laquelle je vais devoir répondre rapidement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Eh oh, calme, calme petite. Cela ne fait qu'un mois que tu y es. Laisse-toi le temps d'avoir tes DS, tes colles et d'avoir surtout ton premier concours blanc pour voir si tu es toujours déçue. Après c'est sûr que si tu ne t'investis pas un petit peu, tu ne peux pas ressentir cette frénésie. Mais ça peut toujours le faire. Garde la foi en la prépa et surtout en toi ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Parfaitement d'accord avec Vaisken, d'autant plus que personnellement l'an dernier j'ai réalisé tard que j'étais véritablement en Hypokhâgne, donc pas d'inquiétude à avoir là-dessus ! Que tu puisses t'ennuyer dans certains cours, c'est normal également, et ça ne fait pas pour autant de toi une fille complètement désintéressée, tu verras que par la suite l'ennui cèdera sa place à la somnolence liée à tes nuits trop courtes ;) Et puis quant à poursuivre l'année prochaine, tu as bien raison de ne pas t'en préoccuper maintenant, la question se posera en temps voulu et c'est à ce moment-là que tu seras en mesure d'y répondre :)

    RépondreSupprimer