28 août 2012

7 jours avant ma mort


 Non non non et non ! (je me prends pour Gusgus dans Cendrillon il parait) J'ai découvert que je connaissais quelqu'un dans ma futur classe. Je savais bien que je connaîtrai des gens dans mon futur établissement, c'est le risque encouru pour aller à deux stations de RER de mon ancien établissement, mais de là à penser qu'ils seraient dans ma classe, ça non. Je voulais la paix, ne revoir aucune des têtes que j'ai déjà dû supporter pendant 7 ans. Je vois l'hypokhâgne comme un nouveau départ alors me retrouver sur les startings blocks avec le petit ami d'une copine que j'aime pas (fait pas genre on à tous des copines/copains qu'on aime pas) merci bien !

La rentrée se rapproche un peu plus chaque jour et l'angoisse avec. J'ai l'impression de ne pas mériter ma place, que je vais en hypokhâgne par erreur. Je n'ai pas le niveau en langues et je n'ai rien fait pour y changer quoi que ce soit, j'aurais du travailler ne serai-ce qu'un peu et je n'ai fait que me rouler dans mon lit. Je sais bien que ce n'était pas possible de tout lire mais je n'ai objectivement pas foutu grand chose. Je ne peux pas revenir sur ma glandouille estivale alors je devrais en profiter pour me motiver et commencer cette année avec les manches remontées et la volonté de réussir; pourtant je suis inquiète quand bien même on m'as mis en garde ou rassurée j'ai peur du niveau et ça me tétanise. L'autre souci relève du financier : je babysitt depuis maintenant plus de 6 ans et pour soulager ma mère c'est moi qui me payait mes sorties, mes petits plaisirs, mes dépenses scolaires et autre petits détails, mais je ne sais rien du nouveau rythme que je vais devoir prendre, si je suis au courant de la charge de travail considérable, je ne sais pas si je pourrais tout de même garder mes petits-jobs. Depuis une semaine on m'offre des jobs mais je ne sais jamais quoi répondre, aurais-je le temps ? Et si je ne peux plus travailler comment faire ? Contrairement à mon frère ou d'autres jeunes je n'ai jamais pris l'habitude de demander 20 euros par-ci, 20 euros par là à ma mère.
En bref je continue d'être toujours aussi chiante avec mes angoisses post-bac.
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Il paraît que les jobs à côté en HK c'est impossible....

    RépondreSupprimer
  2. Mère d'une ancienne hypokhâgneuse, je peux à la fois vous rassurer et vous affoler un peu plus... On commence par quoi?
    le plus mauvais: l'année va être dure; vous allez avoir un max de boulot; les profs seront durs et vous diront à quel point vous êtes nulle.
    Voila, ça c'est dit!
    le positif: vous allez apprendre à travailler, apprendre des méthodes de travail qui vous permettront de travailler plus et plus efficacement.
    Vous allez apprendre à vous blinder.
    Si vous avez besoin de petits boulots à côté (c'était le cas de ma fille)vous y parviendrez car vous allez aussi apprendre à vous organiser.
    Ça va? je ne vous fais pas trop mal?...
    Allez, courage! Vous allez vivre une année plus intense que jamais!
    Vous me tenez au courant?

    RépondreSupprimer
  3. T'inquiètes donc pas, on est tous dans l'incertitude à cette période de l'année, d'ici moins d'un mois tu sauras mieux comment t'organiser...

    RépondreSupprimer
  4. Hoy. Si tu veux qu'on en parle par message (mails ou quoi), on peut. Mais faut pas non plus te mettre une pression monstre, hein. Tu rentres en première année, et les profs savent que vous sortez de terminale. Même si ce sont des bourreaux impitoyables, de temps en temps, ils ont des sentiments. (de temps à autre ;]) Après, pour les petits boulots, tu peux. Mais il va vraiment falloir t'organiser et surtout apprendre à prendre, encore, des petits plaisirs pour toi. (: Parce qu'autrement tu ne vas jamais y arriver. Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  5. Le baby-sitting peut-être une bonne solution : une fois les petits couchés tu peux travailler ! Je rentre en khâgne et je pense qu'avec un peu d'organisation tu peux assurer une soirée de baby-sitting par semaine, si tu n'as pas de mal à travailler loin de chez toi ! Et oui il y a du boulot mais ne t'inquiète pas, on apprend à prendre du temps pour soi. La rentrée est un peu impressionnante mais l'année dernière, dans mon cas, ça dépend des lycées, le rythme de travail s'est imposé petit à petit, les profs ne nous ont pas submergés de travail tout de suite (je dis "submergés" mais on prend l'habitude de bosser plus qu'avant et on survit ;) ) bon courage pour la rentrée !

    RépondreSupprimer
  6. Alors, déjà, je te rassure : je suis arrivée dans une hypo où il y avait des gens que je n'aimais pas, alors que je rêvais d'un nouveau départ. Moi aussi ça me stressait beaucoup. A priori, vous allez juste vous snober et faire comme si vous ne vous connaissiez pas. En moyenne, il y a 40 à 60 élèves dans une hypo, y a largement moyen de faire comme si ce garçon n'existait pas.
    Le baby sitting, c'est possible si tu es très organisée et raisonnable : pas 4 fois par semaine (une, c'est mieux). Perso, j'ai donné des cours pendant toute mon hypo et toute ma khâgne, mais ça épuise. Le baby-sitting peut être plus cool vu que tu pourras travailler une fois les enfants couchés.

    Quoi qu'il en soit, bon courage :)

    RépondreSupprimer