30 mai 2012

Le latin est une langue drôle; elle en est même morte.

Vous l'avez peut-être compris (ou pas) mais je suis une traumatisée du latin. L'une des pires erreurs de ma vie; après avoir coché la case bilingue anglais-allemand en sixième, que d'innocence à l'époque déjà je pensais pouvoir tout faire bien et j'avais cette étrange pulsion vers les langues délaissées mais peut-être serait-il temps de stopper là une digression déjà bien trop longue; donc l'une des pires erreurs de ma vie fût surement d'avoir accepter corps et âme de faire du latin. Mais j'avais oublié de demander son avis au cerveau qui bien rapidement une fois face à un tableau de déclinaison a ris aux larmes et a commencé à chercher la caméra caché bien heureuse du bon tour qu'on lui avait joué. Sauf que les blagues les plus courtes sont les meilleures et depuis bientôt 6 ans mon cerveau tel un gosse qu'on a oublié de chercher après une bonne partie de cache-cache; ce qu'avouons le n'est pas très drôle non pas que cela ne me soit jamais arrivé évidemment mais tout de même ce n'est pas marrant; donc mon cerveau attende que la blague trouve une chute et qu'on l'apelle pour gouter.

 Sauf que ça fait 6 ans que chaque fois, chaque fois je dis "Cette année j'arrête". Et chaque année rebelote parce que ça fait des points pour le bac, que ça aide à l’orthographe. Va savoir ce qu'il se passe dans ma petite tête (en fait elle est pas si petite) mais je suis parfaitement incapable d'arrêter. Et voilà que bien que j'ai passé mon bac latin que je n'ai donc théoriquement plus cours et que la vie pourrait briller d'un nouvel éclat (mon dico de latin poussiéreux assombrit tout), je suis la timbrée qui continue de traduire l’églogue 5 et d'aller à des cours particulièrement mal placé (comme toutes options) pour "s'améliorer". S'améliorer à quoi ? Pourquoi ? Ah mais oui parce que je suis tellement névrosée que je compte aller dans des filière où je ferai forcément du latin ou pire : de l'islandais ancien. J'ai besoin d'une psychanalyse, je suis une droguée de langues mortes qui a besoin de ses shoots hebdomadaire pour se sentir bien sauf qu'en plus je suis allergique à la drogue de ma dépendance ! Va savoir, peut-être même, est-il probable que j'aime (on a dit peut-être) le latin; ou alors j'aime juste l'idée de pouvoir me plaindre du latin !
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. HIhihi! Un peu maso, non? Si tu continues, c'est que tu dois aimer, fait juste se faire à l'idée :) Bisous!

    RépondreSupprimer
  2. Malgré mes notes pas terribles, j'ai beaucoup aimé en faire (9 ans quand même pour ma part !). Que ce soit pour le français ou simplement sa culture générale, ça aide considérablement, je ne regrette pas d'avoir autant galéré dans cette matière... c'est quand j'ai commencé le grec que je me suis dit que finalement, le latin c'est du pipi de chat :D

    RépondreSupprimer
  3. Toi aussi tu as coché la case "bilangue" en 6ème ;) C'est un choix que je n'ai fais que regretter, puis finalement non. Et puis oui ... Depuis que je suis inscrite en L, je le regrette beaucoup, beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une erreur de jeunesse dira-t-on mais malgré tout je m'en veux chaque fois que j'ai cours d'allemand

      Supprimer
  4. J'ai tellement l'impression de me lire.
    6e : Oh la madame elle a l'air gentille quand elle présente le Latin. Allez checked.
    5e : Baaah, facile.
    4e : Bon, les déclinaisons ça va 5 minutes, hein. Puis ces temps là...
    3 : Ca me prend un peu le choux. Mais allez, j'le prends au lycée ! Ca m'fera des points en plus.

    2nde : Putain... j'sais rien. C'est quoi un complément d'agent ?
    1ere : Euh... T'as mis quoi là ? Ah merci. Alors le petit oiseau mangeait son grain lorsque soudain... Allez, plus qu'un an.
    Terminale : « Votre niveau est catastrophique. » Bah oui je sais.

    Et là... Tu vois qu'en prépa tu gardes ta Langue ancienne et tu te dis : Happy, I Am.
    HK : Okay... Alors je disais Manus, Man... Oh fuck j'apprends pas. Oh bah tiens, j'ai eu 6.

    Je te comprends. En apprenant cependant, il paraît que cela va mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement parfaitement ça ! et tu ne peux pas savoir combien j'ai ri !

      Supprimer