01 mai 2012

A cul foireux, toujours merde abonde


 En ce jour béni du "vrai" travail, je me suis levée du bon pied (le gauche) pour la première fois depuis longtemps. Je me suis surtout levée avec un goût de printemps en bouche apporté par le hurlement de mes sœurs. Alors tel la fleur du printemps (fanée et morte après l'hiver), je me suis faite rose avant d'aller déjeuner chez mes grands-parents. En réalité je me suis surtout mis du rose à joue de peur d'entendre pour le 657ème fois de ma vie le traditionnel "T'es un peu pâlotte quand même" de ma grand-mère.

Après un ravalement de façade je me suis donc envolée pour le 14ème arrondissement (où habitent tout les grands parents) sans avoir au préalable fumé la fin de mon paquet une étape nécessaire pour supporter les nerfs calmes l'alcoolisme sociable de la famille. Tout sourire et pleine de bonne volonté j'ai absorbé autant de soleil que possible dans les couloirs jaunâtres du métro tout en frayant gaiement mon chemin à travers les vendeurs qui hurlaient la douce musique du "Muguet muguet 1 euros".



Arrivée à bon port, non sans avoir dû supporté moult regard de travers dirigé vers la timbrée qui surlignait son Gargantua, habillée en fille de bonne famille en écoutant du Offsprings à s'en faire péter les tympans, je fus soulagée d'entendre la même blague que lors des 657 fois précédentes mais non moins offusquée d'avoir encore eu le droit a une sympathique réflexion concernant mon teint de peau.
Je dois tout de même reconnaitre une chose c'est que chez mes grands parents on bouffe bien. Autant dire même que j'ai eu le droit à un déjeuner gargantuesque et que mon ventre fut bienheureux de reprendre en un repas les 2 kilos âprement perdu en deux semaines (en réalité je n'en sais rien car dans l'optique de préserver mon moral il n’y a pas de balance chez moi outre le wii fit). Quoi qu'il en soit il fut comme lors de tout repas question de livres, puis de politique, puis de la famille, puis de livres, puis de mes études et de l'espoir porté sur moi (à mon grand damne) puis de politique et enfin accompagnant le digestif du repas en lui même.
Ce fut donc un déjeuner traditionnel où des insultes à Copé se mêlèrent à des critiques de cinéma et des éloges de la rive gauche à une liste de bon pâtissier tandis que je tentais tant bien mais plus mal d'exposer l'éventualité d'un abandon du concours science-po en taisant les problèmes financiers de ma mère leur fille et feignant d'ignorer que ma grand-mère entamait sa deuxième bouteille.
Somme toute rien d'exeptionnel et je me demande même ce qui me motive à vous raconter ces inutilités mise à part l'envie totale de ne pas travailler.

Je réussis enfin à m'éclipser durant la sieste post-cognac de bonne-maman vers 16h30 (c'est classe, non ? ok ça fait bouge mais franchement mes petits-enfants m’appelleront comme ça) et quel ne fut pas mon dépit quand je me retrouvai dans un métro transportant la quasi-totalité du meeting de Sarkozy. Coincée entre deux jeunes UMP s'égosillant à en devenir écarlate que leur candidat était le meilleur pour la France, je me surpris à souhaiter que l'on me laisse lire mon livre en paix lorsque les deux représentants des jeunesses UMP me prirent à parti. Vêtue de bleu marine et de rouge dans l'optique de faire croire à ma grand-mère que je porte autre chose que du noir, ils durent penser que j'étais des leurs et que je soutiendrai leur point de vue. Quelle ne fut pas le désappointement quand d'un sourire éclatant j'annonçais avoir déjà une serpillère après qu'ils aient tenté de me donner un joli t-shirt non sans oublier de leur dire que je déménagerai à l'étranger si Hollande perdait. Sentant monter la moutarde (et pas celle ingurgitée avec le homard) je remerciai le hasard de devoir descendre là et m'éclipsai bien loin de cet étrange métro.


En conclusion de cet énième article "je vous raconte ma vie inutile et mes péripéties de canapés", j'embrasse mille fois les personnes qui ont fait revenir le soleil sans qui cette journée fériée n'aurait été qu'un mardi déprimant et agaçant.


Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Les articles "je vous raconte ma vie inutile et mes péripéties de canapés" sont définitivement ceux que je préfère !
    Très bel article, comme d'habitude (ça devient lassant, tu ne veux pas nous faire un article de merde pour une fois ?) D'ailleurs, en parlant de merde, le titre de ton article m'a fait verser des larmes, enfin bref.

    J'aime beaucoup la manière dont tu raconte toute cette journée. J'aime particulièrement la manière dont tu as remballé ces deux militants UMP, qui est franchement grandiose. Je ne sais pas si j'aurais eu le courage de faire pareil. En tout cas, un voyage en métro avec la SarkoClique... tu as du courage : je serais descendu, et j'aurais pris un autre métro ! :) (En vrai, je me serais fait tout petit et j'aurais serré les dents)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que tu me fais rougir ! J'étais sincèrement navrée de pondre un article aussi inutile qui existe uniquement parce que je voulais écrire. Presque suis-je vexée que des articles en 'air de ce type plaisent autant que des articles que je travaille et où je mets mes tripes. Enfin bon comme je prends tout du bon côté j'y vois plus la preuve de mon inestimable talent naturel =)

      Si tu aimes le titre lit Gargantua, ça va te plaire

      Supprimer
  2. Je n'ai qu'une chose à dire : HAHAHA. Désolée de rigoler de tes mésaventures, mais je m'imagine trop le film de ta journée dans ma tête (je sais pas pourquoi, je l'imagine en dessin style Persepolis mais en couleurs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime bien imaginer la journée des gens comme s'ils étaient dans un film ou une BD

      Supprimer
  3. Moi aussi j'aime beaucoup tes articles "inutiles" :)
    J'ai birne rigolé en les lisant, ça fait du bien. !!!
    Des bisous !

    RépondreSupprimer
  4. Eva la filière ES2 mai 2012 à 23:53

    "Quelle ne fut pas le désappointement quand d'un sourire éclatant j'annonçais avoir déjà une serpillère" => Franchement, cette réponse était excellente ! En général quand je parle avec des pro-Sarko, j'évite de trop parler (sauf s'il s'agit d'amis), parce que quoi qu'on leur dise ils ne changeront pas d'avis, mais je n'en pense pas moins. J'aurais tellement aimé voir la scène ! En tout cas tes articles sont très agréables à lire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement je me la ramène mais si maintenant j'en rigole bien, j'avais vachement les chocottes de l'avoir sorti ! (mais chhhhut c'est un secret)

      Supprimer
  5. Ouais, moi j'aime bien ces articles là aussi.... Y'a du talent dans ta grande gueule, tu le sais ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait super plaisir de lire ce genre de commentaire même si je suis plus convaincue par la taille de ma gueule que par le talent qui s'en échappe =D

      Supprimer
  6. Toujours ravie de l'élection d'hollande?
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer