09 novembre 2011

Apprendre c'est chuter



Cher lecteur, cet article ne pourra intéresser les personnes déjà sortie du système scolaire mais bon je me dois de faire un bilan.
C'est bientôt la fin du premier trimestre et autant dire que c'est pas du joli-joli, certes mes notes sont correctes et excepté en latin je fait partie des meilleurs élèves, mais que je ne me leurre pas vu le niveau de ma classe ce n'est pas un miracle. Non en réalité je n'ai rien fait, j'ai fait le minima mais pour le concours j'envisage sérieusement de plus le passer. La prépa CNED que je me suis fait chier à payer n'est toujours pas arrivée et je suis incappable de me mettre à travailler sérieusement. Je remet même en cause l'idée d'une prépa littéraire car vu mon niveau de latin je pense être loin du but.
"Mais non tu es intelligente alors ça ira" me dise mes amis. C'est pas faux (non je n'ai pas la grosse tête) mais ça ne fait pas tout, si j'ai les capacités intellectuelles je suis loin d'avoir les capacités mentales de volonté et de persévèrence ou même les capacités financière.
L'heure d'APB arrive à grand pas et si je sais ce que je veux faire je n'ai aucune idée de ce que je vais faire.




Les amours sont inexistants, le travail est décevant et mon sommeil n'est pas bien grand mais que fais-je donc de mon temps ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Oula franchement moi si je m'écoutais je ne préparerais pas non plus le celsa l'année prochaine ! Non mais la meuf quoi, hein, elle sort d'un bts, voilà, elle sait plus faire une dissert correctement, elle lit le journal quand ça la chante et elle y croit...

    Ouais bin qui ne tente rien n'a rien, bosses, de toute façon meme si tu ne l'as pas ça n'aura jamais servi à rien de malmener ton cerveau ! Courage.

    RépondreSupprimer
  2. Avant je travaillais parce que je préférais ma vie sociale (=les mecs et les loisirs) mais en fait comme celle-ci est plutôt nulle, je me suis rendue compte que le mieux que je pouvais faire c'était travailler, au moins c'est sur que y a des résultats :).

    RépondreSupprimer
  3. En 3ème année de Lettres Classiques à la fac, j'ai croisé la route des sortants d'hypokhâgne et figure-toi qu'on avait le même niveau ! (enfin pas tous, certains étaient vraiment doués) Si tu bosses un peu plus ton latin, je suis sure que tu peux tenter les grandes écoles.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tombée ici par hasard en cherchant les paroles d'une chanson mais je me dois de réagir ! Ne t'en fais surtout pas pour ton niveau en Latin par rapport à l'hypokhâgne ! Tout bêtement parce que tu vas te retrouver avec des étudiants qui n'en auront jamais fait. (En hK, on choisit soit Latin soit Grec, soit en débutant, soit en confirmé.) Voilà. :)

    RépondreSupprimer