25 octobre 2011

Où il est question de réincarnation


Je suis une fille de nature heureuse. On ne me voit jamais pleurer ; être en colère, oui, mais pleurer est un geste que je trouve des plus impudique. On m'a un jour demandé s'il m'arrivait d'être triste, de ne plus avoir d'énergie. De l'exterieur il est vrai que je suis vivante, active, souriante. Je suis celle qui chante du ABBA, qui taquine, qui danse, qui rit. Et même lorsqu'il m'arrive d'être sérieuse ou de parler de mes problèmes, l'autre me voit comme une fille inébranlable, une fille objective, une fille forte. Un ami à moi m'a même dit que de toute façon je ne semblais pas avoir besoin d'aide, que je me débrouille bien toute seule.



Et je suis cette fille, n'allez pas croire que je joue un rôle, que je fais semblant. Je suis bien cette fille là ou presque car si je ris c'est que j'y vois le seul moyen de ne pas craquer, il faut toujours prendre les choses comme elles sont car ce n'est pas en se morfondant qu'elles changeront. Et si je suis toujours occupée, pressée c'est que je n'aime pas être en avance, avoir le temps car dès lors que je suis seule, sans livre, sans rien pour m'occupper je suis forcée de réfléchir (à réfléchir ou de réfléchir ?) et penser c'est déprimant, c'est prendre conscience et alors le leurre n'est plus possible.

Parfois, ces fois où je suis seule face à ce temps haï, je me demande quel est l’intérêt de continuer, de s'obstiner à vivre et grandir dans un monde où tout va mal ? Pourquoi devrai-je faire des étude dans le but de me retrouver au chômage ? Pourquoi me nourrir alors que des gens meurent de faim ? Pourquoi s'engager en politique alors que rien ne fonctionne ? Pourquoi chercher l'amour quand tout le monde se sépare ? Pourquoi faire des enfants sur cette terre qui deperrit ?



Je ne vois prfois plus l'interet de poursuivre le combat contre du vent, contre une tempête. Je me dis alors qu'il serait tellement plus simple d'aler jusqu'à Châtelet et là, au millieu de la foule j'entrevois la liberation d'un saut sur les rails de la ligne 1. Et alors, dans un état d'esprit tout à fait bouddhiste je me réincarnerai en ma véritable nature : un simple "accident voyageur".
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. C'est plus simple, mais tellement lâche ! Il faut aussi ne pas te laisser bouffer par des pensées négatives. On passe tous par là et finalement on arrive à l'âge adulte sans avoir sauté sous les rails. C'est qu'il y a une raison. On la trouve en grandissant, et en général c'est la découverte de choses cool qui valent le coup d'être vécue.
    Les parents ont tendances à l'oublier mais on a tous été au collège et au lycée, fais des études, pour nous retrouver à ne rien faire, et galérer pour qu'on nous accepte enfin dans le monde du travail.
    Je pense qu'il faut que tu te fixes des objectifs de vie pour qu'au moment où tu n'as rien d'autre à faire qu'à penser, tu penses à des choses motivantes.

    RépondreSupprimer
  2. Mais dans la vie, il faut toujours se fixer des objectifs, des buts... Avoir des envies, des projets... Sinon, on ferait quoi ? Je ne comprends pas les gens qui vivent juste car ils vivent... C'est vrai, à quoi ca sert ? On t'a mis au monde, autant profiter de la vie en réalisant des fantasmes, des projets ou je ne sais quoi d'autre... Grandir, c'est aussi faire des erreurs en menant à bien tes buts, mais parfois, ca ne marches pas comme tu le voudrais... C'est ca la vie !

    RépondreSupprimer
  3. Je me suis posée les mêmes questions avant de tomber enceinte. Pourquoi faire un enfant ? Pour qu'il vive dans un monde pollué, où personne ne trouve de travail et où l'avenir est incertain ? Et puis je me suis dit que nos grands-parents étaient nés pendant les guerres et que leurs parents avaient cru en l'avenir alors j'y crois aussi ! Soyons optimistes :)

    RépondreSupprimer
  4. Abba & Daria... Deux très bonnes références en un article. Magique. Je t'aime. (:

    J'ai appris un dicton en Anglais : If there's a will there's a way. Je trouve que ça représente plus ou moins bien la situation. Il ne faut pas se comparer avec d'autres générations mais vivre la sienne. (:

    Keep cool.

    RépondreSupprimer