31 octobre 2011

Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol

Vous vous rappelez que il y a pas longtemps j'ai décidé de participer au défi de Ayma et que dans ce but j'avais une liste de lecture ? Eh bien voilà que je viens de finir l'un d'entre ex et il se trouve que c'est un Katherine Pancol que vous êtes nombreuses à idolâtrer .


Résumé : Deux sœurs. La quarantaine. Iris, belle, très belle, riche, élégante, parisienne. Autrefois étudiante brillante, elle s’est mariée, et sa vie se résume en un tourbillon vain. Iris s’ennuie, rêve de devenir une autre. Joséphine est une littéraire, historienne spécialisée dans l’étude du XII siècle. Beaucoup moins belle, beaucoup moins à l’aise dans la vie. Mariée, elle a deux filles, vit en banlieue et se bat pour tenir debout. Un jour, à un dîner, Iris prétend qu’elle écrit. Entraînée par son mensonge, elle persuade sa sœur d’écrire un livre qu’elle signera, elle. Abandonnée par son mari, acculée par les dettes, Joséphine se soumet. Elle est habituée : depuis qu’elles sont enfants, Iris la magnifique la domine. Le destin de chaque sœur va basculer.

On m'avait dit "Ce livre est génial, c'est la vie par écrit, c'est un petit plaisir, c'est comme manger des smarties.". Or j'aime pas les smarties ! En fait ce livre c'est vrai qu'il est assez représentatifs de la vie (quoi que le coup de la famille royale =S) mais justement. Comme pour la vie il y a des passages inintéressant ou plutôt des personnages pas interessants or ici c'est un livre donc on peut zapper ces passages et moi je ne me gène pas ! En fait j'ai principalement zapper les histoires de Antoine parce que mo les crocodiles ça me soule !
Je ne sais pas ce que j'en pense à vrai dire car si le style qui se veut simple en devient pauvre, si les personnages sont stéréotypés, si la vraisemblance est totalement irrespect (ce qui ne me dérange pas d'habitude mais pour un roman qui a l'ambition de décrire la vie telle qu'elle est c'est un peu du foutage de gueule) et bien j'ai tout de même tout lu ! Je ne sais tellement pas ce que j'en pense que je vais sûrement lire la suite mais sans grande convictionet je ne ferai que participer à la société de consommation qui nous propose ces pavés fades au millieu d'une véritable bibliothèque.

De vous à moi, si vous voulez payez pour lire un véritable livre qui décrit la vie de tout les jours et qui est pour moi un véritable dragibus (j'aime les dragibus) allez acheter La Delicatesse de Foenkinos !
Rendez-vous sur Hellocoton !

29 octobre 2011

Le jeans, c'est un comportement, pas un vêtement.

Aujourd'hui je vais faire de la pub ! Non ne pensez pas que je suis une vendue, ce blog est bien trop modeste pour être sponsorisé mais voilà ils ont beau être rare il y a des produits sans lesquels je ne peux pas vivre. Oui vivre, je suis une ado, mon pseudo est Antigone : "je veux que tout soit entier". Et voilà, je ne peux pas vivre sans : mon Levis !


Il faut bien resitué le truc, je ne suis pas une fille pourrie gâtée qui suis la mode à la lettre et claque 200euros d'argent de poche par semaine. Mais il se trouve que je suis "formée", joli mot pour dire que j'ai des (gros) seins, des (grosses) fesses et une taille marquée. Or quand on a douze, ils sont rares les jeans prévus pour les gamines cambrées qui ne rentrent pas dans du XXS mais sont loin du mètre 90. Je vous avoue que j'en ai versé des larmes à la recherche d'un Jean(presque autant que pour les maillots). Et je m'étais toujours refusée à rentrer chez les jeans de "luxe" mais un jour par désespoir ma grand-mère m'y a trainé en me disant que de toute façon vu que je le portais tout les jours il me fallait de la qualité !

Je suis sûre que le jean de Marylin baillait


Et c'est de la qualité. Depuis que j'ai pu enfin avoir réellement le choix, je ne peux plus me passer de mon jean levis. Alors maintenant qu'ils ont fait une ligne spéciale pour filles à formes, je suis aux anges : depuis hier j'ai sur les fesse un jeans slim (pas moulant mais étroit et ça pour moi c'est un miracle) qui ne baille pas ! Je me sens bombasse (ouais bombasse) de ne plus avoir ce petit trou au niveau de la chute de rein alors je le crie haut et fort : J'AIME LEVIS
Rendez-vous sur Hellocoton !

27 octobre 2011

Comment je me suis fait Vacciner

Bon allez faites un effort, évidement que je ne vais pas vous parlez de mon vaccin contre le cancer du col de l'utérus (qu'il faudrait d'ailleurs que je fasse) ! Mais non, pour ceux qui ont un peu suivit je vous ai parlé il y a genre 4 mois (et depuis toute les semaines pour mes rares followers) de ce super groupe : The Vaccines !







Eh bah ce soir, bibi, elle est allée les voir en concert et autant vous dire que c'était trop de la bombe sa mère la patate qui vole (moi non plus je sais pas) . , Enfin, commençons par le commencement, j'ai découvert ce groupe grâce à Clarinette dont le rêve suprème est de rencontrer les Strokes et qui dans ce but compte écrire dans Rock and Folk (Tmtc (non moi non plus je sais pas ce que ça veut dire)). Donc disons que Clarinette est une férue de musique pop-rock-indie-garage-et-etc, il n'est donc pas étonnant qu'elle ai découvert ce groupe top trop déjà hype aux USA et au UK (ouais ce soir je vous parle en abréviation) mais pas du tout sur en france avant moi.


Bon abrégons la partie ou j'écoute et deviens fan pour passer directement à Clarinette et moi au milieu de Rock en Seine un Samedi matin pour courir les voir !! Autant dire que c'était super et que lorsqu'on à appris qu'il passait fin Octobre à Paris on s'est dit ma grosse tu fais ce que tu veux mais moi j'y vais. En plus l'avantage de l'anonymat relatif du groupe en France c'est qu'il passait à la flèche d'or (petite salle sympathique) et que c'était pas cher du tout (13 euros alors que RHCP c'était un peu 120 euros).

Nos place prise, nous attendons pendant un mois la joie d'y retourner et la dernière semaine à donnée lieu à une exitation légèrement irritante pour nos familles respectives. Finalement jour J, le concert commence à 19h30, Clarinette grosse angoissée de la vie veut qu'on parte à 18h comme il y avait juste quatre stations de métro, on est arrivé comment dire ... tôt.
Mais l'avantage c'est que l'oeil fanatique de Clarinette à repéré l'arrivée du groupe et leur à sauté dessus pour un autographe, le désavantage c'est que j'a du garder la place et qu'avec l'accent indien et l'anglais niveau CM2 que possède Clarinette (l'unique obstacle à ses rêves de journalisme chez Rocke&Folk)  mon prénom a été orthographié "Entigone", enfin bon c'est pas grave, je m'en fiche. 


Une fois rentré, débarrassée des bouteilles d'eau (dieu que c'est con la sécurité) et décidée à ne pas payer un vestiaire de 2 euros, nous voilà au deuxième rang devant la scène, juste derrière des anglais (ils vont revenir voilà pourquoi je précise) . Première partie sympathique venus tout droit de Rennes, je vous présente les Manceau où toute femmes trouvera au moins un membre très très mignon !

A 20h30 arrive enfin les principaux intéressés, et bon je vous épargnerais la décortication de chacun des mouvements du groupe pour retenir que : 

  • C'était tout de même plus sportif qu'à Rock en Seine, mode pogo en folie et je suis recouverte de 25 sueurs différentes (oui je sors de la douche à l'heure où je vous écris, oui pervers je suis habillée) . J'ai commencé au deuxième rangs et fini au cinquième, béni moi-même d'avoir pris mon eastpack qui certes n'est pas de première jeunesse mais fait une très efficace carapace. 
  • Je me suis fait des amis : ayant été très rapidement séparée de Clarinette, qui en puriste qui se respecte à préférer reculez pour profitez de la musique sans se faire marcher sur les pieds (béni sois-je d'avoir mis mes docs coquées) , j'ai bien été obligé de trouver quelqu'un d'autre à qui hurler dans les oreilles à savoir une des anglaises avec qui j'ai aprécié hurler que "j'avais seulement 17 ans et que je n'étais probablement pas prête" (Norgaard).  Je me suis également fait draguer par un foutu anglais (ah les anglais !!) qui après m'avoir cogné à plusieurs reprise avec son coude se retourne pour dire d'un sourire appareillé "Désolé, mais tu es très jolie" que vient foutre un mais là va savoir ? 
  • J'ai détesté un groupe de pétasse. Car le risque quand on va aux concerts de groupes connus uniquement or de France c'est de tomber sur la fashion-art-cool-relax qui se met au premier rang pour ne pas taper des mains de tout le concert, qui exhibe son Iphone 3GS à tout va devant toi et qui se plaint d’être toute décoiffée alors qu'elle avait fait un super beau chignon-bandana
  • J'ai touché la main du chanteur (oui c'est con mais n'oubliez pas que je reste une ado et que par conséquent mon cerveau est annihiler par la présence d'une idole)
  • Ayant très soif je suis devenue une hors la loi puisque en sortant j'ai aperçu le pack de 10 bouteilles d'eau pour le groupe or comme ils avaient terminé, j'ai décidé d'en prendre une : ouh c'est mal, "le vol c'est du téléchargement"
"Wetsuit" est une des chanson


Finalement après une douche et ce merveilleux article dont tout le monde se fout puisque personne ou presque ne connais les Vaccines je vais me coucher ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !

25 octobre 2011

Où il est question de réincarnation


Je suis une fille de nature heureuse. On ne me voit jamais pleurer ; être en colère, oui, mais pleurer est un geste que je trouve des plus impudique. On m'a un jour demandé s'il m'arrivait d'être triste, de ne plus avoir d'énergie. De l'exterieur il est vrai que je suis vivante, active, souriante. Je suis celle qui chante du ABBA, qui taquine, qui danse, qui rit. Et même lorsqu'il m'arrive d'être sérieuse ou de parler de mes problèmes, l'autre me voit comme une fille inébranlable, une fille objective, une fille forte. Un ami à moi m'a même dit que de toute façon je ne semblais pas avoir besoin d'aide, que je me débrouille bien toute seule.



Et je suis cette fille, n'allez pas croire que je joue un rôle, que je fais semblant. Je suis bien cette fille là ou presque car si je ris c'est que j'y vois le seul moyen de ne pas craquer, il faut toujours prendre les choses comme elles sont car ce n'est pas en se morfondant qu'elles changeront. Et si je suis toujours occupée, pressée c'est que je n'aime pas être en avance, avoir le temps car dès lors que je suis seule, sans livre, sans rien pour m'occupper je suis forcée de réfléchir (à réfléchir ou de réfléchir ?) et penser c'est déprimant, c'est prendre conscience et alors le leurre n'est plus possible.

Parfois, ces fois où je suis seule face à ce temps haï, je me demande quel est l’intérêt de continuer, de s'obstiner à vivre et grandir dans un monde où tout va mal ? Pourquoi devrai-je faire des étude dans le but de me retrouver au chômage ? Pourquoi me nourrir alors que des gens meurent de faim ? Pourquoi s'engager en politique alors que rien ne fonctionne ? Pourquoi chercher l'amour quand tout le monde se sépare ? Pourquoi faire des enfants sur cette terre qui deperrit ?



Je ne vois prfois plus l'interet de poursuivre le combat contre du vent, contre une tempête. Je me dis alors qu'il serait tellement plus simple d'aler jusqu'à Châtelet et là, au millieu de la foule j'entrevois la liberation d'un saut sur les rails de la ligne 1. Et alors, dans un état d'esprit tout à fait bouddhiste je me réincarnerai en ma véritable nature : un simple "accident voyageur".
Rendez-vous sur Hellocoton !

19 octobre 2011

Pourquoi je ne vous commente pas ?

Voilà, j'ai bien remarqué que vous êtes plutôt nombreuses à vous plaindre de ne pas être commentées. Certaines d'entre vous le prenne même comme une critique. L'un de mes blogs préférés, oui toi l'anonyme, a envisagé de fermer, se demandant si les lecteurs s’intéressait vraiment à ses histoires.
Je tenais donc à vous le dire : j'aime vos histoire. Vous toutes, que je suis sur Hellocoton ou Blogger, je vous lis, je ne m'abonne qu'à des blogs que je lis réellement. Alors pourquoi ne pas commenter ? me direz-vous.

Photo de Fanny Latour-Lambert, prodige du huitième art
 Je ne commente pas parce que je ne sais pas quoi vous dire ! J'ai 16 ans, que voulez-vous que je dise ? Je ne suis pas en capacité de vous répondre ou de dire quoi que ce soit quand vous parlez de vos boulots, vos couples, vos stages, vos études, votre vie à l'étranger.
Je ne commente que quand j'ai quelque chose à dire; je n'hésite pas quand il s'agit de rassurer une copine blogueuse de Terminale ou une nioute qui rentre au lycée , en revanche quand il s'agit de vous je me sentirais imbécile, immature et déplacée si je vous conseillais ou ferais un rapprochement avec ma situation !

Ceci est une proposition sérieuse
Cet article est une déclaration d'amour à tous ces blogs que j'aime, que je lis, que j'admire parfois et à qui je ne le dis pas ! Après si vous souhaitez l'avis d'une gamine, je peux me mettre de suite à commenter chacun de vos articles !
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 octobre 2011

Je n'aime pas ... (4)

Vicky Christina Barcelona



Ce soir passe sur France 2, l'un des films considéré comme un chef d'oeuvre de Woody Allen, et moi bah ce film en le revoyant je me suis rappelé à quelle point je le détestais
En fait, non  je n'ai pas détesté Vicky Cristina Barcelona, j'ai même trouvé le film assez intéressant, mais sans non plus sauter de joie ni crier à la merveille... A vrai dire, je trouve qu'il n'y a pas grand chose à retenir mis à part les jeux d'interprétation de l'ensemble des acteurs. C'est peut-être infondé mais j'ai trouvé le film terriblement banal. On a trois femmes et un homme (disons deux avec le fiancé de Vicky, joué par le génial Chris Messina que j'avais découvert dans Six Feet Under), et le film passe son temps à nous montrer que l'amour, ce n'est pas si facile. Alors d'accord, tout ceci est parfois passionnant, notamment concernant la relation entre Juan Antonio avec son ex-femme, mais le film se termine comme il a commencé et n'apporte pas grand chose, que ce soit en terme d'émotion comme de réflexion.



Oui, le film nous montre des couples vacillants, il nous explique également que des histoires de vacances peuvent tout chambouler, mais il ne propose pas vraiment autre chose. On a surtout un enchainement de relations amoureuses qui paraissent plates et fades. Même si le film passe son temps à nous montrer exactement les sentiments de chaque personnage (chose que j'ai trouvé géniale), j'ai plus eu l'impression qu'il cherchait surtout à introduire divers rebondissements afin de meubler un scénario assez vide. En plus de ça, les personnages sont relativement clichés, ce qui n'aide pas. On a une jolie blonde qui ne réfléchit pas énormément et vit sa vie au jour le jour, une brune hystérique et suicidaire qui passe son temps à détruire son ex-fiancé, et une autre brune sérieuse et travailleuse qui a des principes. On a pourtant l'impression que les personnages évoluent, ce qui rend les choses intéressantes, mais en fait ce n'est pas tellement le cas... La blonde n'évolue quasiment pas, passons. La brune au sang chaud s'apaise, devient même très sympathique et agréable, mais retombe rapidement dans ses mauvaises habitudes. Quant à la brune sérieuse, elle commence à avoir des doutes vis-à-vis de son mariage et comprend qu'elle n'a peut-être pas l'homme qui lui faut, mais finira quand même par repartir comme elle était venue. Pour résumer : rien n'a changé, la voix off conclut le film comme elle l'avait commencé et on n'en parle plus. J'ai trouvé ça assez décevant. Du côté des hommes, Juan Antonio est typiquement le stéréotype du dragueur espagnol, même s'il a une philosophie de vie assez particulière et intéressante, mais parfois contradictoire. Et puis, après toutes les éloges qu'on m'avait fait sur ce film je m'attendais à bien plus.


Aujourd'hui je n'aime pas Vicky Christina Barcelona.
Rendez-vous sur Hellocoton !

15 octobre 2011

Être une pas douée pour les nuls (1)



Ce matin, (car oui j'ai cours le samedi matin) mes sœurs sont arrivées en courant dans ma chambre pour me secouer tout en me hurlant : "Antigone, antigone, t'es en retard !!" Il était 45 (heure à laquelle je pars habituellement de chez moi) (ou plutôt heure à laquelle je tente de partir).

Les habitudes de ces longues années de retard journaliers ont refait surface et en moins de 5 minutes j'étais dans le métro habillée, maquillée et pas coiffée (mais je ne suis jamais coiffée). 2 stations, je cours j'arrive à l'entrée du lycée, je rentre. Trop tard, Laure , l'une des surveillantes, m'a vue et me dit d'un air désolée "C'est trop tard va en perm' ".

Direction salle de permanence, je note mon nom, ma classe et retard dans le cahier de présence et file m'effondrer sur une table. Pourtant je ne m'étais pas couchée tard (enfin minuit et demi comme d'hab') mais bon c'est comme ça ! Je sors mon bouquin : "J'aime pas les autres" (qui est particulièrement bien !) et tente de faire outre les shalalas ayant un grand débat concernant la supériorité de BBM par rapport aux textos.

Personnellement c'est pas avec mon portable vieux de 5 ans que j'arriverais à impressionner qui que ce soit. Bon je rate mon cours de Littérature mais comme Oscar était censé faire un exposé je raterai pas grand chose et pourrai arrivé pour la deuxième heure. Je viens de finir mon bouquin quand la sonnerie retentit.C'est alors que je tombe sur Jordan et Léa qui ne sont pas du genre à se précipiter pour s'en griller une à l'intercours. " Bah alors qu'es ce que vous faîtes là ?" "Bah on va en cours" "Quoi ? ... Oh ! Put...".

En pas douée confirmée, je n'avais pas remarqué qu'il était 9h et non 10, et que par conséquent je venais de passer une heure en permanence et sans café pour rien !
Mais bon j'ai le mérite d'avoir fait rire toute la classe et mes pions quand je leur ai demandé de supprimer le retard que je n'avais pas .!

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 octobre 2011

J'additionne les addictions ...

Cette image n'a rien à voir avec le reste


Voilà les amis, il y a quelque chose que je ne vous ai jamais dit... quelque chose que je vous ai caché car je ne vous dit pas tout ...
Remarque je n'ai l'ai dit à quasiment personne.
Ce n'est pas le genre de chose qu'on dit.

Au début j'avais essayé pour m'amuser.
Je savais bien qu'on ne devais pas prendre ce genre de chose à la légère mais j'ai cru que c'était comme d'habitude les adultes qui disaient ça pour nous faire peur.
Et puis j'avais toujours vu mes parents le faire !
Alors je l'ai fait, comme ça, pour faire comme les grands.
Et finalement ce n'étais pas grand chose, c'était même génial !
J'ai recommencé, et puis j'ai continué ...

Et maintenant je ne peux plus m'en passer !
Je ne peux plus envisager d'oublier ce petit rectangle coloré et couvert d'écriture noire chez moi. 
Dès que je m'ennuie je me sens obligée de le sortir même si je sais que j'aurais pas le temps de finir.
C'est comme ça, je suis devenue accro, le verdict est simple ...

Je suis bookaholic !
C'est comme ça je n'y peux rien, la moindre librairie est pour moi la plus grande des tentations et quand je rentre pour acheter un livre à offrir, je me retrouve avec 5 livres en plus que j'ai acheté en sachant très bien que je ne pourrais pas les lire avant 3 mois, que j'ai un peu une liste de 72 bouquins de philo à lire (que soit disant passant et de façon surprenante je lis beaucoup plus lentement) et que la facture sera salée !



Le verdict ? Je claque la moitié de mon argent de poche en livres. (ça et en clopes)
Rendez-vous sur Hellocoton !

07 octobre 2011

Pourquoi j'ai décidé de changer d'orientation ...

Voilà c'est décidé, j'en ai marre !!
Fini le journalisme, science-po, les concours.
Fini les longues études, les métiers sous-payés et les professions que tout le monde déteste.
Non,non je ne veux plus écrire dans le canard enchaîné, je ne veux plus enseigner à des dégénérés de lycéens les principes de la dissertation.
Non désormais je veux devenir princesse !


Parce que je me suis trituré les méninges et j'ai enfin trouvé le seul job qui ne demande aucune qualification quelconque (excepté un diplôme en sourire ), où le salaire est plutôt bon et où le risque de licenciement est nul (t'es pas virée, t'es décapitée). Finalement c'est le seul boulot qui n'est pas touché par la crise !

Et puis si je deviens une princesse, je vous promets d'être une super gentille princesse !! Je serai exemplaire, belle, cultivée et rayonnante ! Mais bon mon nouveau projet professionnel a pour principal but de ME rendre heureuse (et oui je serai une souveraine égoïste)

Car finalement en étant princesse, je pourrai suivre tout les cours que je voudrais quand je le voudrais avec de gentils professeurs particuliers ; j'apprendrai l'espagnol, le suédois, l'arabe, le dessin, la cuisine, la photographie et la psychologie. Le reste de mes journées seront consacrés à mes passions : je lirai ce que je veux, je ferai des collections inutiles mais gratifiante (comme celles des dictionnaires), je ferai des photos et participerai à des tonnes d'associations.  Je snoberai la fashion week et me vêtirai de tout mes coups de cœur (qui peuvent aller d'un pull à deux euros à un sac dont "le prix est à consulter"). J'aurais ma maison de vacances dans la presqu'île de rhuys et j'irai voir les plus beaux paysages, manger les meilleures gastronomies, voir les plus belles cultures ! En fait je ferai partie de ces "souveraines éclairées" admiré par l'histoire, un mélange entre Alienor d'Aquitaine et Sissi !







Mais finalement depuis que je suis toute petite j'ai toujours eu de trois problème avec la condition de princesse. J'ai aucune envie de devoir supporter un prince qui n'en a que le nom, de faire la cruche pour que des imbéciles m'aiment, de voir ma vie épluchée par la presse people, de ne pas pouvoir m'échapper à mon goût, de ne plus pouvoir être simple car la simplicité aussi ça a du gout !

Et puis devenir princesse c'est dur, paraît que y a plus beaucoup de postes ! Dommage je crois que je vais abandonner mes rêves et devoir trouver une nouvelle profession ...
Rendez-vous sur Hellocoton !

04 octobre 2011

Si j'avais su j'aurais pas venu


Voilà, je suis de retour dans toute ma perfection de lycéenne jamais contente, toujours épuisé et à la limite de la crise de nerfs permanente.
Voilà je suis là me plaignant de mon dos qui me fait horriblement souffrir (à porter des bouquins toute la journée aussi !) et pleurant de fatigue à cause d'un foutu contrôle de latin que j'avais pourtant bossé mais auquel j'ai récolté un pathétique 8 sur 20.
Voilà je suis de retour, avec mon organisation plus qu'exemplaire : une dissert' toujours pas rédigée pour jeudi, 3 contrôles ce vendredi, samedi vaguement survolés . Deux médiocre 13 récoltés en Histoire et Littérature (et ça prétend faire science-po ou une classe prépa).
Et je suis juste fatiguée !!

Finalement j'aurais mieux fait de rester au lit.
Rendez-vous sur Hellocoton !

02 octobre 2011

Les hauts de Hurlevent

Vous vous rappelez que il y a pas longtemps j'ai décidé de participer au défi de Ayma et que dans ce but j'avais une liste de lecture ? Eh bien il se trouve que je viens de finir le econd livre de cette liste qui se trouve être les Hauts de Hurlevent, œuvre immensément reconnue.






Résumé : "Malgré ses sentiments, cette dernière préfèrera faire un mariage selon son rang en épousant un de ses voisins, Edgar Linton. Heathcliff s’acharnera alors à détruire toute la descendance des Earnshaw et des Linton. L’amour triomphera-t-il de la malédiction impitoyable de Heathcliff ?"

Mon avis est assez mitigé : d'une part je trouve l'écriture d'Émily Brontë formidable certes un peu lourd mais révélant  une qualité indéniable (en même temps j'ai lu une traduction donc peut-être que le style de l'auteur n'est pas le même). Mais d'un autre côté je ne suis pas vraiment rentré dans l'histoire, ou plutôt si j'y suis rentrée mais je ne l'ai pas trouvée plus romantique que ça, je reste légèrement sceptique face aux personnages qui me paraissent tous plus insupportables les uns que les autres ! Enfin j'avoue m'être légèrement endormie sur ce livre mais plus fatigue que par ennui.
Verdict : Mouais, bof il faut le lire mais plus pour la culture G qu'autre chose !
Rendez-vous sur Hellocoton !