20 septembre 2011

Je me lève et je prends des pillules pour dormir


 
  • Je suis vivante, en fait je suis malade mais moi tant que j'ai pas vomi toute la nuit, été hospitalisé ou que je n'ai pas 39 de fièvre je viens en cours au grand damne de mon hypocondriaque de prof d'histoire. Car oui non pas que je tiens à me faire incendiez par les gentils profs de la blogosphère mais faudrait savoir quand on s'absente à cause d'un rhume vous criez et quand on interromps votre cours par des quintes de toux vous criez ; ou est la solution ?Prendre un doliprane
  • Après un long vote laborieux de deux heures (et un doliprane) , nous avons décider que le thème de notre option facultative de cinéma serait "Godard". Chers fans sachez que chaque fois où mon prof de ciné à choisi un réalisateur vivant celui-ci est mort dans l'année donc commencez votre deuil. 
  • J'ai eu mon premier sujet de dissert' pour dans deux semaines : "Autrui est-il l'indispensable médiateur entre moi et moi-même". J'ai pris un doliprane. Et je me suis innocemment portée volontaire à la présentation d'un exposé sur la relation maître élève dans Tout les matins du monde. J'ai pris un second cachet.
  • Je n'en peux plus de remplir les papiers administratifs débiles qu'ils nous redemandent chaque année, de me battre pour avoir un livre de spécialité math littéraire (oui ça existe) . 
  • J'ai commencé les baby-sittings et je peux affirmer que mes gamines du vendredi soir m'épuisent (je dois les trainer à toutes leurs activités extra-scolaires tout en leur faisant faire les devoirs et en courant  avec trois sacs dans tout le quartier; de quoi vous dégouter de la maternité). 
  • Toutes mes "payes" vont passez dans les 20 bouquins que je dois acheter et dans le cadeau d'anniversaire de Sophie (mais pourquoi fêtent-ils tous leurs 18 ans en même temps ??) Je peux dire au revoir aux jolies chaussures de chez eclipses . Et dans du doliprane.
  • J'ai rencontré mon alter-ego masculin mais j'ai la flemme de développer. D'ailleurs en ce moment j'ai un peut la flemme de tout développer, ça finit par me donner mal au crane et je suis obligée de reprendre du doliprane.
  • J'ai fait une overdose de doliprane.
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Purée, tu dois être tombée sur des profs particulièrement aigris.
    Je suis plutôt désolée pour mes élèves quand ils sont malades, en aucun cas je n'irais le leur reprocher.

    RépondreSupprimer
  2. Tes articles me font toujours autant rire ! J'aime bien ton petit côté cynique.. BOn courage pour l'overdose de doliprane (tant que c'est que ca) et puis finalement la philo les sujets font toujours peur, mais quand on y est plongé ca semble limpide (sans vouloir faire mon intello)

    RépondreSupprimer
  3. TON ALTER EGO MASCULIN (c'est tout ce que j'ai retenu de ton article, c'est pas ma faute, j'en suis qu'à mon sixième doliprane du jour, bienvenue en terminale)

    RépondreSupprimer
  4. @Aourell : Bah ce prof est certes aigri mais comme il est excellentissime on lui pardonne.

    @Emmerdante : Ouais je sais (petit mouvement l'oréal) moi aussi je me trouve super-sonique ! Ah cynique ? Pourquoi tu m'insultes ?
    Sans blague ça fait plaisir =) et pour mon sujet de dissert' je m'y plonge ce dimanche en espérant qu'il m'inspire !

    @Celia : Ne te fait pas un trip genre coup de foudre amoureux c'est juste un mec encore moins doué que moi et surtout plus jeune (j'ai un an de moins donc ça ne m'arrive jamais !) Mais si insistes je ferai un article parce que c'est quand même un personnage très drôle.
    P.S: La terminale ça fout mal au crâne ! =)

    RépondreSupprimer
  5. Ah, ces profs qui nous reprochent de tousser ou renifler...En prépa, l'une disait: "quand on est malade, on sert les dents". Super malin et pédagogique...

    RépondreSupprimer