31 décembre 2011

Ou comment 2012 s'annonce.


Aujourd'hui c'est le réveillon alors je sais qu'en temps normal j'aurai du faire ma liste de résolutions comme quoi je travaillerais plus et mangerais moins de chocolat et patati et patata, mais non pas cette année parce que de toute façon c'est les mêmes qu'à la rentrée scolaire et je ne les appliquerais pas plus.

Alors pourquoi venir vous faire chiez ? Bah déjà pour vous souhaitez une PUTAIN DE BONNE ANNÉE 2012. Et aussi pour vous raconter mes déboires. Car oui moi lycéenne de mes 2 j'ai des déboires (non pas sentimentaux mais merci de me rappeler que c'est le désert de ce coté là), vous souvenez vous que j'avais décidé, un peu timbré que je suis, d'organiser le réveillon chez moi ? (c'est un question rhétorique en s'en fiche de ta réponse)(et pan dans ta figure) Eh bien c'est pas de tout repos, bon peu de résistance de ma mère qui de toute façon est partie à Bordeaux voir sonpetitamicachéquejesuispascenséesavoirquilexistemaisjelesais en revanche quand il s'agit de m'organiser c'est le délire total, car si on m'a appris à faire des jolis plan en trois parties personne ne m'a jamais appris ce qu'était un plumeau.
En fait dans le famille le rangement c'est pas notre spécialité. Le crédo de la maison est sûrement "ranger c'est planquer" quand au nettoyage c'est du chinois pour nous résultat quand il faut récurer, c'est pas sympathique.

Vite tout nettoyer avant l'arrivée des invités

Le problème c'est que maintenant j'ai pus du tout envie d'accueillir tout ce petit monde chez moi déjà parce que j'ai inhaler tellement de produit d'entretien que maintenant je fait de l'asthme et forcément ma petite sœur à embarqué la ventoline, parce que maintenant c'est tellement propre que l'idée de devoir renettoyer demain me donne envie de chialer, que comme ça me pique les yeux je pleures vraiment et qu'enfin je l'avoue et ici seulement j'ai un peu peur que ça soit de la merde enfin bon je vous ferai le bilan (nan pas demain je décuve, pas lundi je fais mes devoirs, mas mardi j'ai cours) plus tard !

C'est pas grave maintenant c'est trop tard alors bon réveillon à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 décembre 2011

Antigone - Sophocle

Comme mon pseudo peut vous l'indiquer j'adore, non en fait je ne sais pas ce que je préfère le texte, le personnage, l'impact de la pièce de Anouilh. Mais comme vous le savez-tous Anouilh n'est pas le premier à avoir écrit sur Antigone, sur "la plus noble figure qui soit apparue sur terre", j'avais donc décidé il y a bien longtemps dans ma liste de lecture , que je lirai la toute première version : celle de Sophocle.






Résumé : Antigone, fille d'Oedipe, est prête à tout pour rendre les derniers honneurs à son frère Polynice à qui Créon, roi de Thèbes, a refusé une sépulture car celui-ci avait combattu sa cité et son propre frère. Créon la condamne alors à être l'emmurée vivante pour le maintient de la paix dans la cité.

Mon avis : J'ai adoré, adoré parce que ça reste Antigone, ça reste cette héroïne d'une noblesse obstinée. La pièce me servira sûrement en philo sur des chapitres comme la loi ou le devoir. Je ne sais pas si le texte d'origine est très beau mais la traduction que j'ai lu est très belle !
Assez d'éloge, je tiens quand même à préciser que je préfère tout de même la version de Anouilh dans laquelle Antigone est plus, comment dire, plus humaine. Chez Sophocle, Antigone est royale, parfaite, grande alors que chez Anouilh cette maigreur et cette fragilité que l'auteur rappelle sans-cesse au lecteur . L'Antigone d'Anouilh c'est le symbole de la résistance, c'est l'incarnation de l'adolescence, c'est un combat de l'idéal contre le pragmatique et la médiocrité. Finalement je reste fidèle à Anouilh, il ne me reste plus qu'à lire la version de Brecht (ah oui je ne vous l'ai jamais dit mais j'adoore Brecht)(oui aujourd'hui j'adoore tout).





Sinon, je vais bien, j'ai eu plein de collants bizarres et un thermos pour noêl (et deux kilos)alors maintenant je nettoie chez moi pour la réveillon.
Rendez-vous sur Hellocoton !

24 décembre 2011

La mère Nowel est passée !



Bon aujourd'hui c'est la grande fête des petits lutins rayés. Je suis pas trop fana de nowel (à part la bouffe)(et le sapin)(et le calendrier)(et les guirlandes) par contre j'adore voir la tête des gens quand ils reçoivent leur cadeaux (pas quand ils les ouvrent hein)(là ils ont souvent l'air déçu ou sceptique). Or cette année je suis vraiment très triste parce que mes petites soeur ne seront pas là au réveillon- non, elle seront au fin fond de la Normandie avec mon père- et comme ça nous déprime un peu avec ma mère et mon frère on va aller faire de la patinoire (ça va être comique moi, dont le surnom est la pas douée, sur des patins).

Tout ce petit étalage de vie, z'en avez rien à treuf, je sens bien votre excitation comparable à celle des gamins pendant le repas du 25 quand ils doivent attendre que les adultes aient fini pour ouvrir les cadeaux.
Alors les voilà vos cadeaux tout beaux et j'espère sentir les étoiles briller dans vos yeux !

Tu vois ce muscle sur le coté de la fesse  Si c'est pas beau ça ? 

Des chaussures, parce qu'on a toujours besoin de chaussures

Un peu de culture nom de Dieu

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 décembre 2011

Le jour après la fin du monde promet des gueules de bois

Ouais en ce moment je poste une fois par jour. Et alors ? ça te soûle ? Pas moi =P (et là je place la maaagnifik frase présente sur tou les skyblogs : T'es pa tentcon et ba clik sur la petite croie rouge en o !)

Bon aujourd'hui les amis on va parler de la fin du monde (ou de l'hiver j'ai pas encore vraiment choisi)(finalement on garde la fin du monde). Donc voilà alors dans un an on sera tous morts bah oui parce que comme des incas on prévu il y a plus 700 ans que le 21 décembre 2012 ce serait la fin du monde des tonnes de fumistes (les mêmes qui regardent leur horoscope tout les matins) se mettent à flipper.



Perso moi j'aimerai bien que ce soit la fin du monde, j'en profiterais un max de cette dernière année. Je ferais des choses que je n'ai jamais faites : monter en haut de la tour Eiffel, porter des moonboots, prendre le Ter. Je ne ferai plus que ce que j'aime, vacances permanentes : je reprendrai le dessin, je deviendrai une star de la chanson, j'écrirai un livre, je ne réfléchirai plus et je m'inscrirai à cette licence de Norvégien (on s'en fiche que y ai pas de débouchés, y aura plus rien du tout).

Mais bon le problème c'est que la fin du monde c'est pas pour demain, et c'est pas pour dans un an non plus ! Alors revenons sur terre et ne conservons cette prédiction que dans l'objectif d'une fête génialissime le 21 décembre de l'année prochaine et vous êtes tous invités =D

Sinon aujourd'hui c'est l'hiver alors si le monsieur chargé de la météo terrestre est un geek passant par ici : Vive la neige.
Rendez-vous sur Hellocoton !

21 décembre 2011

La confusion des sentiments-Stefan Zweig

Bon après mon magnifique (hé il est en une de Hellocoton alors oui c'est beau) article CHOC (ouais je suis à fond aujourd'hui)(rapport au six cafés avalés) d'hier sur la cigarette, j'ai décidé de calmer le jeu et de parler culture à mon (é)lectorat (ah ah ah). Parce que ouais depuis que je fais plus ma critique pseudo-culturelle je trouve que ça manque un peu de ces jolis et poussiéreux repose-claviers couramment appelés livres.

Vous vous rappelez que il y a pas longtemps j'ai décidé de participer au défi de Ayma et que dans ce but j'avais une liste de lecture ? Eh bien j'ai enfin pu, grâce à la liberté que procurent les vacances, lire l'un de ces livres à savoir La confusion des sentiments de Stefan Zweig.




Résumé : Fils de proviseur d'un lycée d'une petite ville d'Allemagne du nord, Roland de D. est à 19 ans un étudiant qui suit malgré lui au départ des études d'anglais dans la capitale allemande où il néglige ses études. Son père découvrant cela le fait déplacer dans une Université d'une petite ville de province au centre de l'Allemagne. Là, il est tout de suite subjugué par l'intelligence d'un professeur et son talent pour communiquer sa passion pour Shakespeare. Le professeur le prend tout de suite en affection et lui facilite son installation en lui conseillant une chambre à louer au dessus de chez lui. Par la suite, l'étudiant est amené à entrer dans l'intimité du professeur. Il découvre qu'il a une femme et que le couple est assez particulier : les deux époux sont assez froids l'un envers l'autre et le mari s'absente fréquemment. Roland propose au professeur de l'aider à écrire son ouvrage. Mais malgré l'aide qu'il lui apporte, le professeur a une attitude double et déconcertante envers lui : tantôt il le laisse se rapprocher de lui, tantôt il le repousse froidement. Ce comportement plonge l'étudiant dans une profonde confusion qui tourne rapidement au profond tourment... Roland découvrira la raison de cette attitude lors d'une confession du professeur.


Mon Avis : A chaud, j'aime beaucoup cette très courte oeuvre. Je la trouve particulièrement fine dans les sentiments du personnage principal.  Finalement j'ai peu de chose à dire car ce roman-nouvelle loin d'être épais parvint tout de même à nous embarquer sur du rien (le résumé pourrait se faire en une ligne) . Le plus : Je ne m'étais même pas rendu compte que l'on ne connaissais pas le nom du personnage avant les trois quarts du livre (chapeau l'artiste). Le moins : Le fonctionnement du récit est similaire à 24h de la vie d'une femme  que j'avais certes moins aimé. 
Rendez-vous sur Hellocoton !

20 décembre 2011

Chaque fois que tu allumes une cigarette, médite. Ou bien tu fumeras moins, ou bien tu vas beaucoup méditer.

Bon aujourd'hui je vais te parler d'un sujet Tabou (tu es contente hein, tu sens monter l'interdit, le censuré en toi)(Non, clara ce n'est pas sur les poils plus longs des grains de beauté). Non aujourd'hui je vais vous parler de la cigarette chez nous autres les jeun's (et du point de vue d'une jeun's).



Comment que je n'ai commencé ? Si on excepte le fait qu'en réalité j'ai toujours fumer puisque ma mère doit finir 2 paquet par jour, ma toute première cigarette c'était en troisième (13 ans) dans la rue d'une copine. On avait trouvé un paquet et puis on s'était dit écoute on a rien à faire d'autre autant essayer (c'est con un jeune, non ?). On s'était alors lamentablement étouffées, d'un ridicule désopilant qui nous incita à ne pas en faire une habitude.
Arrivé au lycée, nombre d'entre nous on commencé à fumer pour faire genre, se faire des amis rapidement grâce au côté on est solidaire dans le froid. Pas moi, moi je suis un peu à la traîne et en plus j'avais pas bien compris le concept. Cette année de seconde ne me fût pas la plus sympathique : une classe qui me tapait sur le système, un père de plus en plus timbré, des problèmes d'ordre financier, des notes qui dégringolaient et une famille légèrement agaçante. J'avais alors comme échappatoire de partir d'un coup, le casque sur mes oreilles à me balader un peu partout dans Paris. Rapidement, le fait ne rien faire m'agaçant j'ai commencé à fumer comme ça très rarement, c'était mon petit truc personne même au lycée ne savait qu'il m'arriver de m'en griller une. C'est quand les grandes vacances sont arrivées que je suis définitivement passée du côté obscur de la force. Faut dire que trois mois sur Paris avec toutes tes copines ailleurs, et toutes ta famille scotchée à des écrans totalement immobiles, ça n'aide pas à l'équilibre. Finalement j'ai commencé à fumer comme d'autre commence à boire : pour me distraire, faire quelque chose.




Pourquoi que tu n'arrête pas ? Pas simple comme question. Comme je reste une ado un peu concon c'est pas le cancer qui me fait le plus peur, rapport au fait que maintenant tout le monde se tape le cancer un jour où l'autre, que vu mes antécédents familiaux je ne ferai pas exception et que désormais tout est cancéreux le sexe oral, la cigarette et même les concombres. Non mes plus grande motivation c'est peut-être l'odeur dégeu de mes doigts en hiver ou le nombres de jolies chaussures que je pourrai me payer avec l'argent économisé.
Mais je n'arrête pas, parce que ça me donne une excuse pour faire une pause à Beaubourg, que je peux entamer une conversation avec des inconnus et que je ne connais pas de moment plus serein qu'une petite cigarette et un café sur une terrasse au printemps.




Qu'es qui t’énerve le plus chez les autres fumeurs lycéens ? Le mec qui fume mais qui crache, celui qui fume mais ne s'achète jamais de paquet, celui qui te taxe mais ne vas pas de ta clope si c'est pas une marque spécial, celui qui se fout de la gueule de celui qui ne fume pas.


Tu n'as pas peur que t'es parents te chopent ? Un des moment les plus hilarants dans un lycée c'est quand juste après la récré où elles ont fumé tu peux observer des rangées de nana s'asperger de parfum pour masquer l'odeur à leurs parents. Perso, je n'ai jamais eu à faire ça vu que ma mère ne risque pas de distinguer l'odeur et que je n'ai pas vu mon père depuis 4 (ou 5) ans. Ma mère m'ayant grillée, elle s'est contentée de me rappeler ma débilité et me prévenir que je n'avais pas inérêt à lui piquer les siennes. En fait les seules personnes à qui je l'ai caché c'est ma copine Marianne et mes grands parents.

Voili voilou terminé et si vous avez d'autres questions je tâcherai d'y répondre en les rajoutant à l'article.
Rendez-vous sur Hellocoton !

18 décembre 2011

Tranche de vie

Ce matin quand j'ai ouvert mes grands yeux, fraiche et pimpante tel cendrillon au réveil (mais si tu sais même que y a des petits moineaux qui l'habille), un immense sourire à balayé mon visage : aujourd'hui je pouvais dormir jusqu'à 15h si je le vouais ! J'ai donc refermé les yeux et enfouie sous mes trois couettes (non je ne suis pas frileuse, je vois vraiment pas pourquoi vous pensez ça) ai savouré le bonheur de pouvoir ratrapper le manque de someil accumulé.



Enfin ça c'était sans compter sur Soso. Il était environ 11h30 quand entrouvrant un oeuil je me suis retrouvée nez à nez face à deux yeux bleux qui me fixait. Là faisant appel à tout mon courage j'ai extrais ma main de mon monticule de couverture afin de frapper ses yeux agressifs. "Putain mais c'est quoi ton problème sans blague ?" Abandonnant tout espoir de savourer une journée au lit, je me suis redressée et grâce  ma logique implacable j'ai compris que l'agresseur n'était qu'autre que ma pote Sophie. "Mais comment t'es rentrée ??" " Putain (oui sophie dit beaucoup putain, peut-être dû à son origine catholique de bonne famille) t'es vachement dangereuse au réveil. Bah je te rappelle que ta porte est toujours ouverte" "Ah." Quand tout d'un coup la bête reprenant ses esprit j’annonçai d'un ton ferme et décisif "Café !" Après une bonne tasse de mon essence personnelle, je demandai à soso ce qu'elle foutait ici "Euh choupinette je t'aime vraiment de tout mon coeur et surtout ne l'oublie pas quand je vais te dire ceci : on avait dit qu'on ferait du sport" Je l'ai regardé, elle m'a regardé, je l'ai reregardé, elle à regardé la mèche titeuf dressée sur ma tête, on a allumé une clope et regardé une des séries les plus bêtes de l'univers : Hellcats.
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 décembre 2011

De l'aproche des fêtes dans les lycées

Mmmh, je reconnaitrai cette odeur putride entre toute, cette impression d'une gastro flottante, si ce n'est pas la difficile digestion du menu de noël de la cantine, dans tout le lycée est le signe certain que les vacances de noêl c'est DEMAIN (pas comme ces saletés de nains de jardins en primaire ou collégiens).


Le lycée est silencieux, dans les classes les élèves regardent des films ou grattent des copies doubles de DST (car le prof aime corriger en vacances). Dehors il fait un putain de froid de gueux et pourtant le temps n'a même pas la décence de neiger. Seule, tu rentres sous la pluie en bénissant d'avance le samedi à venir passé sous la couette à rattraper toute les heures de sommeil manquante. Soudain tu rappelles que non ton calvaire n'est pas fini car si tu as rendu "L'idée d'inconscient exclut-elle l'idée de liberté ?" et "L’intégration par le sport en allemand", De Gaulle t'appelle (t'appelle, l'appel, mouarf mouarf)(humour dégradé par la fatigue), tu t'en fiche, tu va regarder un film de merde et demain au pire tu te lèveras à 7h pour la dernière fois pendant deux semaines !
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 décembre 2011

La génétique c'est magique

(C'est quoi ce titre hyper zarbi ?)
L'année dernière j'ai eu la joie, que dis-je, l'allégresse de faire ma dernière année de SVT (Super Vilaine Torture)(le truc que vous, personnes d'un autre siècle appeliez sciences nat) et comme en L on nous prend vraiment pour des c**débiloux, on a le même programme que les mignons tout plein 5ème : La génétique !



Alors la génétique c'est trop top génial tu t'éclate à prendre les allèles pour tenter de déterminer le pourcentage de chance que Odile et Jean on d'avoir un enfant blond (petit piège : ne pas oublier que le gamin est peut-être de Moamed le postier). Enfin bon comme il faudrait peut-être que j'en arrive au sujet principal je vais pas vous réciter tout mon programme (en même temps c'est pas juste parce ce que je l'avais appris par cœur pour le bac et comme on est tombé sur l'écologie bah je peux jamais étaler ma science) !

Pourquoi ce cours de SVT ? Parce que cet étude des gênes s'appliquent très bien dans ma famille et que malheureusement (c'est que j'ai un lectorat dans l’enseignement) il se trouve que j'ai 90 % de chance de finir prof.
Explication : Dans la famille on se transmet deux métiers de père en fils depuis 1868 (sans blague ça remonte à mon arrière-arrière-grand-père) : prof ou psy. Alors après c'est pas tel quel, evidemment d'autres professions sont autorisées : prof de psychologie, conseillère d'orientation, voir comble de la folie journaliste (pour le magazine psychologies). C'est un peu comme ça c'est dans nos gênes, on y peut rien. !

 Bon alors après je vous laisse imaginer les réunions de famille : (situons la scène vers mes 11 ans, séparations de mes parents, à paris, autour d'une table)
-(mon arrière GP)Dis Antigone, ça va à l'école ?
- Heu, oui oui
-(ma mère) Très bien sauf peut être en allemand maissinon c'est excellent partout (FAUX)
-(Mon oncle) J'peux t'filer un coup de main si tu veux c'est tout de même mon boulot !
-(Arrière GP) Bon bah c'est bien que toute cette histoire avec tes parents ne t'empêchent pas de travailler !
-(Grande-tante) Oh je sais pas hein parce que si tu te réfugie dans le travail c'est pas bien non plus. Si ça va pas tu peux m'en parler, tu sais.
-Humpf
-(Grand-mère) C'est tout de même mieux qu'elle se réfugie là qu'autre part
-(Mari de Grande-tante) Remarque je crois que tu essaye de combler le manque que crée ton père en toi par la nourriture, Antigone. Parce que tu as pris un peu de poids dernièrement ! (sympathique le mec)
-(Grand-père) L'écoute pas il dit des conneries comme d'habitude (déteste le mec d'au-dessus), tu es très jolie.
-(Mon Oncle) Remarque moi dans ma classe y en a qui sont si mince que je voudrais leur donner pour devoir de manger un gâteau au chocolat !
-(Mari Grande-tante)  Pour donner des devoirs faudrait arrêter de faire grève
-(Grand-mêre) Tu as dit quoi là ? Parce que tu trouve que les conditions sont correctes peut être ? Madame je me fait payer 50 euros la minute pour écouter parler quelqu'un !
[et ça continue loonnngtemps]



Voili voilou, tout ça pour vous dire que comme la psychologie ne me dit vraiment rien mon destin est tout tracé ...
Rendez-vous sur Hellocoton !

07 décembre 2011

Nouvelles en vrac

 
  • Mon conseil de classe à eu lieu. Légèrement énervée car malgré le fait que j'ai la seconde meilleur moyenne, ma prof de philo a refusé que je reçoive les félicitations (pour un demi-point en dessous de la moyenne) malgré les protestations des autres profs. De plus ma moyenne étant trop élevé pour les compliments, je me retrouve sans rien du tout. Happy dossier !
  • Je me suis engagée dans l'enregistrement de livre audio pour les non-voyants souhaitant lire-entendre autre chose que les gros classiques (qui par ailleurs sont très sympathiques), comme un livre récent ou futile. 
  • Je me suis prise une amends dans le TER parce que j'avais perdu mon ticket : Pas douée !
  • Le film de prévention contre le sida que des copines et moi avons fait à été diffusé le 1er décembre dans les hôpitaux, et le sera sûrement sur le petit écran (le début de la célébrité ?)
  • Je n'ai rien foutu du week-end résultat je vais devoir m'enfermer à la bibliothèque tout le week-end in order to réviser mon contrôle de latin/ ma compo d'histoire/faire ma dissert' de philo/ mon devoir d'allemand/mon contrôle de spé math (ne rayer aucune mention)
  • Pour la première fois de ma vie je vais organiser une fête (pour le nouvel an) (oui sérieux je n'ai jamis rien organisé même pas un gouter d'anniversaire pour mes 8 ans), donc article comique à venir en perspective.
  • Je n'ai toutjours pas reçu le Cned, je démoralise.
  • J'ai éventuellement une touche (bizarre, bizarre, les miracles existent-ils), on reparle si c'est avéré.
Voili, voilou je crois que c'est tout je vous fait des bisous (je suis douée en rime, hein !) et maintenant déhanchez-vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

01 décembre 2011

Ma letttre au père noël

Voilà voilà on est le 1 décembre, aujourd'hui c'est mon conseil de classe et je suis un peu déprimée à l'avance par mon bulletin. Par conséquent j'ai décidé de faire quelque chose de joyeux comme ma liste au père noêl. Bon comme on est quand même au 21ème siècle et que le père noël ferait bien de s'adapter un peu à nos nouvelles technologies voilà une lettre on the web !!



"Petit papa noël cette année j'ai été très sage (pas une seule hospitalisation) et très gentille (je n'ai pas encore assassiné mon prof de math), je pense donc que comme en plus je suis belle (je me suis lavée) et intelligente (j'ai même lu De Gaulle) je mérite plein de cadeau que tu es libre de choisir dans cette liste ci-jointe :
  • Réussir le concours science-po (ah bon tu ne peux pas m'offrir ça ? bon bah mon bac alors ! Quoi ? Ce sont des choses qui se travaillent et pas des choses qui s'offrent ! Pourquoi personne ne me l'a dit avant ? ) 
  • Une colo en Suède, en Angleterre, au fin fond de l'Irlande comme tu veux mais loin. 
  • Un paquet de korn flakes (celle pour riches, les country crisp) 
  • Un corps de bombasse (comment ça faut que j’arrête de manger des corn flakes ?)
  • Un carnet livre moleskine ou un agenda moleskine (oui pour faire ma bourge, et alors ?)
  • Une robe
  • Un thermos et un beau tupperware pour mes  dimanches à Beaubourg
  • Des cholis chaussures ou des docs (c'est cholis aussi les docs) 
  • Rentrer dans une bonne prépa
  • Des journées de 72 heures (ou un super-puvoir qui ne m'oblige pas à dormir) 
  • Éventuellement un téléphone qui ferait MMS
  • Un prince charmant (de préférence avec la tête de mettre le nom de tout beau brun )
  • Du Friends et encore du Friends
  • Une place de concert pour The Killers (ou que The killers fassent un concert sur Paris) 
Et puis que tout le monde que je n'aime il soit heureux, et même tous les autres aussi parce que si noël m'horripile c'est qu'on a un peu tendance à oublier que le concept de cette fête c'est de se mettre autour d'une table et d'être heureux !
Merci papa noël "
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    26 novembre 2011

    Je voudrais vivre pour étudier, non pas étudier pour vivre

    Au secours, help ! I need somebody, help ! Anybody ! Bon ça suffit avec les beatles l'heure est grave !
    Comme vous le savez tous (ou pas) je suis une élève parfaite (les ricanements au fond ça suffit) donc en apprenant que ma prof de littérature ne serait pas là ce week-end je me suis dit "chouette alors levons nous encore plus tôt pour aller au salon de l'éducation".
    Nous (clara et moi) voilà parties tôt avec les poules (oui je sais c'est pas la bonne expression) histoire de voir quels choix s'offraient à nous pauvres littéraires.



    Verdict : bien que je suis toujours sûre de vouloir faire science-po (et IEP) ou en cas d'échec une hypokhâgne. Je n'ai strictement aucune idée de ce que je vais faire si je dois aller à la fac !
    En soit ça ne me déplairait pas du tout au contraire ça à l'air super ! Tellement super que j'hésite entre 42 (oui j'exagère)(non je n'ai aucune origine marseillaise) licences différentes à savoir :
    • Lettres modernes (bon alors après y a le parcours à choisir mais la première année c'est générale donc passe encore). 
    • Histoire 
    • Lettres modernes-communication 
    • et petite folie :  Licence d’Études Nordiques, je vous avoue que cette licence m'a l'air génialissemement trop top car elle propose l'apprentissage au choix d'une langue nordique + littérature scandinave + étude civilisation + Histoire-Géographie de la Scandinavie + Anglais . Je suis tout simplement tombé amoureuse mais en même temps qu'es ce que je pourrai bien faire après de telles études ?
    APB commence dans un mois je ne sais pas du tout ce que je vais bien pouvoir faire mais tout va bien dans le meilleur des mondes ! 

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    25 novembre 2011

    Je n'aime pas ... (5)

    En ce moment y a peain de chose que je pourrais ne pas aimer, mon rhube, celui qui me transforme en bonhomme de neige au nez rouge, mon conseil de classe qui arrive alors que je prends conscience que je devrais travailler davantage, mon inspiration tellement nulle que je ne sais pas quoi écrire, le CNED qui m'a toujours pas envoyé ma prépa science-po, et la liste est longue ...

    Mais non aujourd'hui je n'aime pas les livres écrits par les ados.

    Parce que en tant qu'ado je vois parfaitement le mensonge dans toutes ces conneries. Le problème du livre écrit par un ado c'est qu'il est tout sauf réaliste.



    De toute façon l'histoire est toujours la même : X (de préférence un prénom néo bourge genre Lolita ou Sacha, un prénom en a) s’ennuie, il a entre 14 et 17 ans, vient d'une famille riche, parents divorcés et peu présent. X va à l'école alsacienne. X est intelligent mais ne voit pas l’intérêt de vivre pour tout ça et piapiapi et piapiapa. C'est alors que X rencontre un garçon (ou une fille, bref quelqu'un avec qui il va finir pas avoir une relation) aussi désillusionné que lui ("Je suis d'une génération désenchantééééééée" car oui le héros est cool, il écoute de la musique vieille de 20 ans) et là boum badoum qu'il me met à fumer, boire, sniffer, sucer, sécher, voir me piquer. Alors là il commence à sortir (mais en relation libre hein on désobéit aux normes sociales nous) avec la personne qui "nous a fait toucher le fond, emportés par une spirale infernale dans la nuit". Puis soit la personne meurt, soit largue X donc logiquement il/elle tente de mettre fin à ses jours.



    Cette histoire sans variante est censée être écrite par des "surdoués précoces de la littérature" dans un style lucide, tranchant, cruel et autre confiture. Ce style est souvent "bréviaire" car maintenant quand on veut faire croire qu'on écrit bien il faut écrire court et de préférence au présent. Tu m'étonnes ! Pour faire des longues phrases il faut être capable de suivre le fil de sa pensée, et puis le passé simple c'est bien trop compliqué !
    Le résultat c'est une écriture rapide, non travaillée, où les phrases à plus de deux propositions relèvent du miracle. On perd dès lors tout plaisir des mots, des images, des sonorités : un style sec et amer qui ne parvient pas à cacher la médiocrité du contenu. Un livre du même goût qu'une croquette pour chat (oui j'ai déjà goutté =P).

    Aujourd'hui je n'aime pas les livres écrits par des ados. (N'est pas Rimbaud qui veut)
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    17 novembre 2011

    Dumbledore wouldn't let this happen



    Le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, a jugé "possible", dans un entretien jeudi 17 novembre aux Échos, de continuer à réduire le nombre de poste dans l'éducation après 2012, et n'a pas écarté pour la première fois de recourir "à un organisme indépendant" pour l'évaluation des élèves. dans le Nouvel observateur.

    Et là j'ai senti comme un sentiment de colère monter en moi. Quoi ? Encore des réductions de postes ? Pour la troisième année consécutive ? Le gouvernement et le ministère de l'Education Nationale ne seraient-ils pas en train de vouloir  réduire les dépenses de l'état aux dépens de notre éducation ?  Sauf que l'éducation n'est pas censée être une entreprise dont le but est de faire le maximum de profits .  Je refuse que l'on brade notre éducation sous prétexte de la crise économique !

    Quel est la fameux adage ? Ah oui : "L'éducation coûte trop chère ? Essayez l'ignorance !" Car si les générations précédentes nous trouvent déjà incultes et ignares, elles seront bien surprise de voir jusqu'où notre bétise et ignorance si l'on continue de détruire l'école.  En effet réforme, après réforme nous nous retrouvons  dans des salles trop petites pour contenir des classes de plus en plus nombreuses certes équipées d'un tableau numérique mais à quoi bon quand nous n'avons pas les livres adaptés aux nouveaux programmes ?

    D'un autre côté que faire ? "Indignez-vous !" Quel interet ? Personne ne nous écoute plus.  A force d'organiser des blocus pour un oui, pour un non et pour tout le reste sans jamais suivre le mouvement en manifestations, nous autres lycéens de **** comme de France avons fini par décrédibiliser tout mouvement contestataire. Et désormais quand nous protestons contre la degradation de notre système scolaire, les autres, ces étrangers n'ayant aucun pied dans le lycée, peuvent dire de nous : "Ils veulent juste sécher les cours".

    Ceci est l'article que je vais proposer pour le journal de mon lycée alors les critiques sont les très bienvenues pour que je puisse m'améliorer !
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    15 novembre 2011

    Can you read my mind


    J'ai été taguée =) Et ça tombe très bien je voulais écrire mais je savais pas trop sur quoi parce que mes histoires de lycée et de découragement post-bac c'est un peu toujours la même chose ! Alors voilà je réponds au portrait chinois de Cléophis ! Comme c'est très dur d'avoir une opinion honnête sur soi je me suis fait aidé par ma maman.
    Si tu étais un animal ? Heu j'aime pas vraiment les animaux (oui je sais c'est mal et je suis vraiment horrible) alors ça commence bien ... depuis que j'ai tenté d'imiter le pont de san fransisco dans une partie de mime alcoolisée, tout le monde loue mon imitation du phoque mort donc je dirai que la réponse s'impose d'elle-même.  Un dauphin, rieur, intelligent, nageant beaucoup et parle non stop.

    Si tu étais un film ?
    Sans hésiter un drôle de mélange entre Juno et Bridget Jones, il va sans dire que je préférerais être un beau et grand film, mais je suis une Bridget en puissance, blonde, maladroite, en léger surpoids et une Juno critique, autonome, un peu chiante mais sympathique. Les hommes préfèrent les blondes ou Bridget Jones.

    Si tu étais un pays ?
    Nanméo c'est super compliqué euh je sais pas je reste la France ? Le pays magique.

    Si tu étais une personnalité historique ? J'aurai adoré être Aliénor d'Aquitaine. Churchill, il parle beaucoup, il est tenace et il déteste le sport (ma mère a le don de faire les compliments)


    Si tu étais un accessoire de maquillage ? Le pinceau de blush. Le pinceau de blush


    Si tu étais un auteur ? Mmmh j'aime l'idée d'être George Sand. Raymond Queneau il peut dire la même chose de 17 manière différente.


    Si tu étais une matière scolaire ? L'anglais : je pars dans tous les sens mais je reste plus sympa que l'allemand.  La littérature.


    Si tu étais une série/émission télévisée ? Friends. Idem


    Si tu étais un dieu/une déesse grecque ? Aucune idée. Athena


    Si tu étais une qualité ? La lucidité. Persévérence, enthousiasme.


    Ils sont tellement forts qu'ils expirent de l'hélium

    Allez c'est à mon tour, bon alors je tague Epsilon (si il a le temps), Celia, Miss sugar town et Emmerdante :

    Si tu étais : Un livre ? Un disque ? Un plat ? Un lieu ? Un objet ? Un héros ? Un personnage littéraire ? Un mot anglais ? Un sport ? Un dicton ?
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    13 novembre 2011

    Sweet Disposition


    Quel merveilleux week-end, je suis presque triste qu'il s'achève dans moins de dix heures. Non ce week-end n'a rien de spécial, non je n suis pas tombé amoureuse, non je n'ai pas acheté de nouvelle chaussures, non je ne sais toujours pas ce que je vais faire de ma vie. Mais c'est pas grave, rien à treuf je penserai à tous ça demain, je me rapellerai que j'ai foiré tout mes contrôles de la semaine passée demain .

    Aujourd'hui j'oublie. Je profite de ce week-end sans devoir, je profite de cet hiver doux au grand ciel bleu. Ce week-end je n'ai rien fait et ça fait un bien fou ! J'ai trainé sur les quais de seine, je me suis rappelée à quel point j'aime ma ville. J'ai dormi, oh oui, j'ai dormi récupéré tout ce sommeil manquant qui mettait mes nerfs à vifs. J'ai regardé Being Human sans discontinuer, ça fait peur, très peur mais c'est bien, très bien ! Ce week-end, j'ai pris une pause et je me sens pleine d'énergie et de bonne ondes pour cette nouvelle semaine qui commence.
    En cette journée de la gentillesse je vous fait un gros calin et vous transmet mon état d'esprit plus relaxé qu'une vache ayant fait du yoga !

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    09 novembre 2011

    Apprendre c'est chuter



    Cher lecteur, cet article ne pourra intéresser les personnes déjà sortie du système scolaire mais bon je me dois de faire un bilan.
    C'est bientôt la fin du premier trimestre et autant dire que c'est pas du joli-joli, certes mes notes sont correctes et excepté en latin je fait partie des meilleurs élèves, mais que je ne me leurre pas vu le niveau de ma classe ce n'est pas un miracle. Non en réalité je n'ai rien fait, j'ai fait le minima mais pour le concours j'envisage sérieusement de plus le passer. La prépa CNED que je me suis fait chier à payer n'est toujours pas arrivée et je suis incappable de me mettre à travailler sérieusement. Je remet même en cause l'idée d'une prépa littéraire car vu mon niveau de latin je pense être loin du but.
    "Mais non tu es intelligente alors ça ira" me dise mes amis. C'est pas faux (non je n'ai pas la grosse tête) mais ça ne fait pas tout, si j'ai les capacités intellectuelles je suis loin d'avoir les capacités mentales de volonté et de persévèrence ou même les capacités financière.
    L'heure d'APB arrive à grand pas et si je sais ce que je veux faire je n'ai aucune idée de ce que je vais faire.




    Les amours sont inexistants, le travail est décevant et mon sommeil n'est pas bien grand mais que fais-je donc de mon temps ?
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    07 novembre 2011

    Bloguer, une autre thérapie

    Voilà après avoir lu l'article de Elolafoutrement où elle raconte ses aventures facebookiennes j'ai repensé à ma propre expérience vis à vis de ce site. Je ne pense pas que vous vous en rappelez mais il y a bien longtemps sur le premier blog je vous avez parler de mon envie de quitter le site (). Eh bien sachez que je l'ai fait, cela fait maintenant 9 mois que je ne like plu rien et que j'ai définitivement quitter le merveilleux monde bleu de facebook. Depuis j'ai entièrement pris conscience de la place trop importante que tenait le site dans ma vie et de son inutilité profonde parce qu'en fait je n'avais repris contact qu'avec un ami d'enfance qui finalement ne me manquait pas outre mesure.

    Pus je me suis demandé s'il y avait une quelquonque logique dans mon comportement : j'ai quitté facebook car le voyeurisme qui y régnait (sur moi compris) me faisait peur pour finalement venir exposer ma vie personnelle sur un blog et sur twitter de façon le plus anonyme possible et en m'exposant à la face du monde.  Pourquoi ? C'est étrange de préférer s'exposer à des inconnus plutôt qu'à des connaissances, des "amis".

    Awkward, comme quoi je ne suis pas la seule à tenir un blog
     
    Mais finalement ce n'est pas si incompréhensible : ici je peux tout dire, on ne peut pas me juger ou si je suis jugée c'est par des personnes que je ne verrais jamais. Ici ou sur twitter c'est comme si j'étais face à un (des) psy(s) ; bloguer c'est la thérapie des vingt-et-unième-sièclen. Certes vous ne pouvez pas atteindre mon inconscient (oui je l'avoue c'est mon chapitre actuel de philo) mais grâce à vous je ne efoule, j'exprime, je parviens à me comprendre moi-même. Je m'expose mais sans me rendre vulnérable puisque vous ne me pouvez que du bien. Ce blog n'est donc pas une alternative à facebook, loin de là. Ce blog c'est un concept entièrement différent, il repose sur mon anonymat, sur votre incapacité à me représenter autrement que par ce que je vous laisse entrevoir de moi.

    In fine (oui je me la pète mais bon faut bien que ça me serve à quelque chose d'avoir fait du latin jusqu'en terminale) je vous dirai que je vous ai écris un article un peu inutile au lieu d'apprendre par cœur ma version de Tite-Live sur laquelle je suis évaluée demain.
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    01 novembre 2011

    Hello novembre ou pourquoi nous sommes le 32 octobre



    Ce matin j'ai ouvert les yeux (vous me direz comme totu le monde ais bon)(j'vous répondrai que non pas les aveugles)(oui je suis de mauvaise foi) Enfin bon j'ai ouvert les yeux regardé l'heure (9h00) et j'ai décidé de me rendormir. A 11h, sous la contrainte qui se manifestait par mes sœurs hurlant autour de mon lit, je me suis levée. J'ai regardé dehors, oh surprise il pleuvait ! Aprés une heure à ranger ma chambre (oui ça me prend une heure)(c'est que je déteste ça alors je le fais une fois par semaine)(et forcément c'était aujourd'hui), donc après avoir jouée à la parfaite (hum) ménagère j'ai ouvert mon ordi (oh la geek) et tweeter et là devant la tendance #HelloNovembre je me suis rappelée pourquoi j'étais de mauvais poil : on était le 1er novembre !

    Or d'aussi loin que je puisse m'en souvenir (il y a 6 ans)(oui je ne me souviens pas de ce qu'il s'est passé avant mes dix ans)(ou plutôt avant la séparation de mes parents)(oui je devrais aller voir un psy), donc d'aussi loin que je m'en souvienne j'ai toujours détesté le premier novembre, j'en ai rien à treuf de tout les autres jours de l'année (enfin si un peu de mon anniversaire)(et de la date des grandes vacances) mais le 1 er novembre m'est insupportable. Pourquoi ? POURQUOI ?? Ok puisque vous l'avez demandé voici une liste (et même si vous avez rien demandé).
    • Il pleut toujours un premier novembre, je suis quasiment sûr qu si quelqu'un étudiait la météo de chaque premier novembre pendant 50 ans il en viendrait à la même conclusion que moi. Mais le problème c'est pas qu'il pleuve c'est qu'il fait moche de façon hivernal, il fait pas moche d'été (oui je sais je suis particulièrement imature dans cet article) il fait moche froid, moche gris, moche terne et déprimant. 
    • Le premier novembre marque toujours le moment où le soleil commence à se coucher à cinq heure et moi je déteste ça parce que à partir du premier novembre quand je vais en cours il fait nuit et quand je ressort  il fait nuit (ou comment avoir l'impression de passer ta vie au lycée). 
    • Le premier novembre est déprimant : il n'y a jamais un chat dehors ou sinon c'est une petite vieille qui va au cimetière pour la toussaint. Et puis comme c'est un jour férié tu ne peux rien faire parce qu'en été tu serais bien aller te poser dans un semblant de verdure (oui au parc, ça va hein) mais tu peux pas : il fait moche !
    • L'image de novembre de mon calendrier et bah elle est trop moche ! (oui c'est ridicule comme raison)
    • Le premier novembre marque égalemment le début du mitraillage de publicité de noël, avec vitrine, chocolat et guirlande. Faut se calmer : c'est dans deux mois ! 
    • Le premier novembre me rappelle que ça fait deux mois que je suis en cours, que je n'ai respecté aucune de mes bonnes résolutions, que le premier trimestre pathétique que j'ai fait se clore dans deux semaine (et que en plus cette année c'est dans mon dossier)
    En plus moi qui n'aime pas le 1 (oui cet article commence à ressembler à n'importe quoi) je ne pouvais que détester le 1/11/11 alors voilà j'ai décider que nous étions le 32octobre.
    La seule chose qui ai sauvé cette journée déprimante c'est que j'ai pu voir mon film préféré de tout l'univers (ou presque)(enfin il est dans mon top 5) : Anastasia !


    PS : Vous inquiétez pas le reste du mois je vais bien (ou presque)
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    31 octobre 2011

    Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol

    Vous vous rappelez que il y a pas longtemps j'ai décidé de participer au défi de Ayma et que dans ce but j'avais une liste de lecture ? Eh bien voilà que je viens de finir l'un d'entre ex et il se trouve que c'est un Katherine Pancol que vous êtes nombreuses à idolâtrer .


    Résumé : Deux sœurs. La quarantaine. Iris, belle, très belle, riche, élégante, parisienne. Autrefois étudiante brillante, elle s’est mariée, et sa vie se résume en un tourbillon vain. Iris s’ennuie, rêve de devenir une autre. Joséphine est une littéraire, historienne spécialisée dans l’étude du XII siècle. Beaucoup moins belle, beaucoup moins à l’aise dans la vie. Mariée, elle a deux filles, vit en banlieue et se bat pour tenir debout. Un jour, à un dîner, Iris prétend qu’elle écrit. Entraînée par son mensonge, elle persuade sa sœur d’écrire un livre qu’elle signera, elle. Abandonnée par son mari, acculée par les dettes, Joséphine se soumet. Elle est habituée : depuis qu’elles sont enfants, Iris la magnifique la domine. Le destin de chaque sœur va basculer.

    On m'avait dit "Ce livre est génial, c'est la vie par écrit, c'est un petit plaisir, c'est comme manger des smarties.". Or j'aime pas les smarties ! En fait ce livre c'est vrai qu'il est assez représentatifs de la vie (quoi que le coup de la famille royale =S) mais justement. Comme pour la vie il y a des passages inintéressant ou plutôt des personnages pas interessants or ici c'est un livre donc on peut zapper ces passages et moi je ne me gène pas ! En fait j'ai principalement zapper les histoires de Antoine parce que mo les crocodiles ça me soule !
    Je ne sais pas ce que j'en pense à vrai dire car si le style qui se veut simple en devient pauvre, si les personnages sont stéréotypés, si la vraisemblance est totalement irrespect (ce qui ne me dérange pas d'habitude mais pour un roman qui a l'ambition de décrire la vie telle qu'elle est c'est un peu du foutage de gueule) et bien j'ai tout de même tout lu ! Je ne sais tellement pas ce que j'en pense que je vais sûrement lire la suite mais sans grande convictionet je ne ferai que participer à la société de consommation qui nous propose ces pavés fades au millieu d'une véritable bibliothèque.

    De vous à moi, si vous voulez payez pour lire un véritable livre qui décrit la vie de tout les jours et qui est pour moi un véritable dragibus (j'aime les dragibus) allez acheter La Delicatesse de Foenkinos !
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    29 octobre 2011

    Le jeans, c'est un comportement, pas un vêtement.

    Aujourd'hui je vais faire de la pub ! Non ne pensez pas que je suis une vendue, ce blog est bien trop modeste pour être sponsorisé mais voilà ils ont beau être rare il y a des produits sans lesquels je ne peux pas vivre. Oui vivre, je suis une ado, mon pseudo est Antigone : "je veux que tout soit entier". Et voilà, je ne peux pas vivre sans : mon Levis !


    Il faut bien resitué le truc, je ne suis pas une fille pourrie gâtée qui suis la mode à la lettre et claque 200euros d'argent de poche par semaine. Mais il se trouve que je suis "formée", joli mot pour dire que j'ai des (gros) seins, des (grosses) fesses et une taille marquée. Or quand on a douze, ils sont rares les jeans prévus pour les gamines cambrées qui ne rentrent pas dans du XXS mais sont loin du mètre 90. Je vous avoue que j'en ai versé des larmes à la recherche d'un Jean(presque autant que pour les maillots). Et je m'étais toujours refusée à rentrer chez les jeans de "luxe" mais un jour par désespoir ma grand-mère m'y a trainé en me disant que de toute façon vu que je le portais tout les jours il me fallait de la qualité !

    Je suis sûre que le jean de Marylin baillait


    Et c'est de la qualité. Depuis que j'ai pu enfin avoir réellement le choix, je ne peux plus me passer de mon jean levis. Alors maintenant qu'ils ont fait une ligne spéciale pour filles à formes, je suis aux anges : depuis hier j'ai sur les fesse un jeans slim (pas moulant mais étroit et ça pour moi c'est un miracle) qui ne baille pas ! Je me sens bombasse (ouais bombasse) de ne plus avoir ce petit trou au niveau de la chute de rein alors je le crie haut et fort : J'AIME LEVIS
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    27 octobre 2011

    Comment je me suis fait Vacciner

    Bon allez faites un effort, évidement que je ne vais pas vous parlez de mon vaccin contre le cancer du col de l'utérus (qu'il faudrait d'ailleurs que je fasse) ! Mais non, pour ceux qui ont un peu suivit je vous ai parlé il y a genre 4 mois (et depuis toute les semaines pour mes rares followers) de ce super groupe : The Vaccines !







    Eh bah ce soir, bibi, elle est allée les voir en concert et autant vous dire que c'était trop de la bombe sa mère la patate qui vole (moi non plus je sais pas) . , Enfin, commençons par le commencement, j'ai découvert ce groupe grâce à Clarinette dont le rêve suprème est de rencontrer les Strokes et qui dans ce but compte écrire dans Rock and Folk (Tmtc (non moi non plus je sais pas ce que ça veut dire)). Donc disons que Clarinette est une férue de musique pop-rock-indie-garage-et-etc, il n'est donc pas étonnant qu'elle ai découvert ce groupe top trop déjà hype aux USA et au UK (ouais ce soir je vous parle en abréviation) mais pas du tout sur en france avant moi.


    Bon abrégons la partie ou j'écoute et deviens fan pour passer directement à Clarinette et moi au milieu de Rock en Seine un Samedi matin pour courir les voir !! Autant dire que c'était super et que lorsqu'on à appris qu'il passait fin Octobre à Paris on s'est dit ma grosse tu fais ce que tu veux mais moi j'y vais. En plus l'avantage de l'anonymat relatif du groupe en France c'est qu'il passait à la flèche d'or (petite salle sympathique) et que c'était pas cher du tout (13 euros alors que RHCP c'était un peu 120 euros).

    Nos place prise, nous attendons pendant un mois la joie d'y retourner et la dernière semaine à donnée lieu à une exitation légèrement irritante pour nos familles respectives. Finalement jour J, le concert commence à 19h30, Clarinette grosse angoissée de la vie veut qu'on parte à 18h comme il y avait juste quatre stations de métro, on est arrivé comment dire ... tôt.
    Mais l'avantage c'est que l'oeil fanatique de Clarinette à repéré l'arrivée du groupe et leur à sauté dessus pour un autographe, le désavantage c'est que j'a du garder la place et qu'avec l'accent indien et l'anglais niveau CM2 que possède Clarinette (l'unique obstacle à ses rêves de journalisme chez Rocke&Folk)  mon prénom a été orthographié "Entigone", enfin bon c'est pas grave, je m'en fiche. 


    Une fois rentré, débarrassée des bouteilles d'eau (dieu que c'est con la sécurité) et décidée à ne pas payer un vestiaire de 2 euros, nous voilà au deuxième rang devant la scène, juste derrière des anglais (ils vont revenir voilà pourquoi je précise) . Première partie sympathique venus tout droit de Rennes, je vous présente les Manceau où toute femmes trouvera au moins un membre très très mignon !

    A 20h30 arrive enfin les principaux intéressés, et bon je vous épargnerais la décortication de chacun des mouvements du groupe pour retenir que : 

    • C'était tout de même plus sportif qu'à Rock en Seine, mode pogo en folie et je suis recouverte de 25 sueurs différentes (oui je sors de la douche à l'heure où je vous écris, oui pervers je suis habillée) . J'ai commencé au deuxième rangs et fini au cinquième, béni moi-même d'avoir pris mon eastpack qui certes n'est pas de première jeunesse mais fait une très efficace carapace. 
    • Je me suis fait des amis : ayant été très rapidement séparée de Clarinette, qui en puriste qui se respecte à préférer reculez pour profitez de la musique sans se faire marcher sur les pieds (béni sois-je d'avoir mis mes docs coquées) , j'ai bien été obligé de trouver quelqu'un d'autre à qui hurler dans les oreilles à savoir une des anglaises avec qui j'ai aprécié hurler que "j'avais seulement 17 ans et que je n'étais probablement pas prête" (Norgaard).  Je me suis également fait draguer par un foutu anglais (ah les anglais !!) qui après m'avoir cogné à plusieurs reprise avec son coude se retourne pour dire d'un sourire appareillé "Désolé, mais tu es très jolie" que vient foutre un mais là va savoir ? 
    • J'ai détesté un groupe de pétasse. Car le risque quand on va aux concerts de groupes connus uniquement or de France c'est de tomber sur la fashion-art-cool-relax qui se met au premier rang pour ne pas taper des mains de tout le concert, qui exhibe son Iphone 3GS à tout va devant toi et qui se plaint d’être toute décoiffée alors qu'elle avait fait un super beau chignon-bandana
    • J'ai touché la main du chanteur (oui c'est con mais n'oubliez pas que je reste une ado et que par conséquent mon cerveau est annihiler par la présence d'une idole)
    • Ayant très soif je suis devenue une hors la loi puisque en sortant j'ai aperçu le pack de 10 bouteilles d'eau pour le groupe or comme ils avaient terminé, j'ai décidé d'en prendre une : ouh c'est mal, "le vol c'est du téléchargement"
    "Wetsuit" est une des chanson


    Finalement après une douche et ce merveilleux article dont tout le monde se fout puisque personne ou presque ne connais les Vaccines je vais me coucher ! 
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    25 octobre 2011

    Où il est question de réincarnation


    Je suis une fille de nature heureuse. On ne me voit jamais pleurer ; être en colère, oui, mais pleurer est un geste que je trouve des plus impudique. On m'a un jour demandé s'il m'arrivait d'être triste, de ne plus avoir d'énergie. De l'exterieur il est vrai que je suis vivante, active, souriante. Je suis celle qui chante du ABBA, qui taquine, qui danse, qui rit. Et même lorsqu'il m'arrive d'être sérieuse ou de parler de mes problèmes, l'autre me voit comme une fille inébranlable, une fille objective, une fille forte. Un ami à moi m'a même dit que de toute façon je ne semblais pas avoir besoin d'aide, que je me débrouille bien toute seule.



    Et je suis cette fille, n'allez pas croire que je joue un rôle, que je fais semblant. Je suis bien cette fille là ou presque car si je ris c'est que j'y vois le seul moyen de ne pas craquer, il faut toujours prendre les choses comme elles sont car ce n'est pas en se morfondant qu'elles changeront. Et si je suis toujours occupée, pressée c'est que je n'aime pas être en avance, avoir le temps car dès lors que je suis seule, sans livre, sans rien pour m'occupper je suis forcée de réfléchir (à réfléchir ou de réfléchir ?) et penser c'est déprimant, c'est prendre conscience et alors le leurre n'est plus possible.

    Parfois, ces fois où je suis seule face à ce temps haï, je me demande quel est l’intérêt de continuer, de s'obstiner à vivre et grandir dans un monde où tout va mal ? Pourquoi devrai-je faire des étude dans le but de me retrouver au chômage ? Pourquoi me nourrir alors que des gens meurent de faim ? Pourquoi s'engager en politique alors que rien ne fonctionne ? Pourquoi chercher l'amour quand tout le monde se sépare ? Pourquoi faire des enfants sur cette terre qui deperrit ?



    Je ne vois prfois plus l'interet de poursuivre le combat contre du vent, contre une tempête. Je me dis alors qu'il serait tellement plus simple d'aler jusqu'à Châtelet et là, au millieu de la foule j'entrevois la liberation d'un saut sur les rails de la ligne 1. Et alors, dans un état d'esprit tout à fait bouddhiste je me réincarnerai en ma véritable nature : un simple "accident voyageur".
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    19 octobre 2011

    Pourquoi je ne vous commente pas ?

    Voilà, j'ai bien remarqué que vous êtes plutôt nombreuses à vous plaindre de ne pas être commentées. Certaines d'entre vous le prenne même comme une critique. L'un de mes blogs préférés, oui toi l'anonyme, a envisagé de fermer, se demandant si les lecteurs s’intéressait vraiment à ses histoires.
    Je tenais donc à vous le dire : j'aime vos histoire. Vous toutes, que je suis sur Hellocoton ou Blogger, je vous lis, je ne m'abonne qu'à des blogs que je lis réellement. Alors pourquoi ne pas commenter ? me direz-vous.

    Photo de Fanny Latour-Lambert, prodige du huitième art
     Je ne commente pas parce que je ne sais pas quoi vous dire ! J'ai 16 ans, que voulez-vous que je dise ? Je ne suis pas en capacité de vous répondre ou de dire quoi que ce soit quand vous parlez de vos boulots, vos couples, vos stages, vos études, votre vie à l'étranger.
    Je ne commente que quand j'ai quelque chose à dire; je n'hésite pas quand il s'agit de rassurer une copine blogueuse de Terminale ou une nioute qui rentre au lycée , en revanche quand il s'agit de vous je me sentirais imbécile, immature et déplacée si je vous conseillais ou ferais un rapprochement avec ma situation !

    Ceci est une proposition sérieuse
    Cet article est une déclaration d'amour à tous ces blogs que j'aime, que je lis, que j'admire parfois et à qui je ne le dis pas ! Après si vous souhaitez l'avis d'une gamine, je peux me mettre de suite à commenter chacun de vos articles !
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    16 octobre 2011

    Je n'aime pas ... (4)

    Vicky Christina Barcelona



    Ce soir passe sur France 2, l'un des films considéré comme un chef d'oeuvre de Woody Allen, et moi bah ce film en le revoyant je me suis rappelé à quelle point je le détestais
    En fait, non  je n'ai pas détesté Vicky Cristina Barcelona, j'ai même trouvé le film assez intéressant, mais sans non plus sauter de joie ni crier à la merveille... A vrai dire, je trouve qu'il n'y a pas grand chose à retenir mis à part les jeux d'interprétation de l'ensemble des acteurs. C'est peut-être infondé mais j'ai trouvé le film terriblement banal. On a trois femmes et un homme (disons deux avec le fiancé de Vicky, joué par le génial Chris Messina que j'avais découvert dans Six Feet Under), et le film passe son temps à nous montrer que l'amour, ce n'est pas si facile. Alors d'accord, tout ceci est parfois passionnant, notamment concernant la relation entre Juan Antonio avec son ex-femme, mais le film se termine comme il a commencé et n'apporte pas grand chose, que ce soit en terme d'émotion comme de réflexion.



    Oui, le film nous montre des couples vacillants, il nous explique également que des histoires de vacances peuvent tout chambouler, mais il ne propose pas vraiment autre chose. On a surtout un enchainement de relations amoureuses qui paraissent plates et fades. Même si le film passe son temps à nous montrer exactement les sentiments de chaque personnage (chose que j'ai trouvé géniale), j'ai plus eu l'impression qu'il cherchait surtout à introduire divers rebondissements afin de meubler un scénario assez vide. En plus de ça, les personnages sont relativement clichés, ce qui n'aide pas. On a une jolie blonde qui ne réfléchit pas énormément et vit sa vie au jour le jour, une brune hystérique et suicidaire qui passe son temps à détruire son ex-fiancé, et une autre brune sérieuse et travailleuse qui a des principes. On a pourtant l'impression que les personnages évoluent, ce qui rend les choses intéressantes, mais en fait ce n'est pas tellement le cas... La blonde n'évolue quasiment pas, passons. La brune au sang chaud s'apaise, devient même très sympathique et agréable, mais retombe rapidement dans ses mauvaises habitudes. Quant à la brune sérieuse, elle commence à avoir des doutes vis-à-vis de son mariage et comprend qu'elle n'a peut-être pas l'homme qui lui faut, mais finira quand même par repartir comme elle était venue. Pour résumer : rien n'a changé, la voix off conclut le film comme elle l'avait commencé et on n'en parle plus. J'ai trouvé ça assez décevant. Du côté des hommes, Juan Antonio est typiquement le stéréotype du dragueur espagnol, même s'il a une philosophie de vie assez particulière et intéressante, mais parfois contradictoire. Et puis, après toutes les éloges qu'on m'avait fait sur ce film je m'attendais à bien plus.


    Aujourd'hui je n'aime pas Vicky Christina Barcelona.
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    15 octobre 2011

    Être une pas douée pour les nuls (1)



    Ce matin, (car oui j'ai cours le samedi matin) mes sœurs sont arrivées en courant dans ma chambre pour me secouer tout en me hurlant : "Antigone, antigone, t'es en retard !!" Il était 45 (heure à laquelle je pars habituellement de chez moi) (ou plutôt heure à laquelle je tente de partir).

    Les habitudes de ces longues années de retard journaliers ont refait surface et en moins de 5 minutes j'étais dans le métro habillée, maquillée et pas coiffée (mais je ne suis jamais coiffée). 2 stations, je cours j'arrive à l'entrée du lycée, je rentre. Trop tard, Laure , l'une des surveillantes, m'a vue et me dit d'un air désolée "C'est trop tard va en perm' ".

    Direction salle de permanence, je note mon nom, ma classe et retard dans le cahier de présence et file m'effondrer sur une table. Pourtant je ne m'étais pas couchée tard (enfin minuit et demi comme d'hab') mais bon c'est comme ça ! Je sors mon bouquin : "J'aime pas les autres" (qui est particulièrement bien !) et tente de faire outre les shalalas ayant un grand débat concernant la supériorité de BBM par rapport aux textos.

    Personnellement c'est pas avec mon portable vieux de 5 ans que j'arriverais à impressionner qui que ce soit. Bon je rate mon cours de Littérature mais comme Oscar était censé faire un exposé je raterai pas grand chose et pourrai arrivé pour la deuxième heure. Je viens de finir mon bouquin quand la sonnerie retentit.C'est alors que je tombe sur Jordan et Léa qui ne sont pas du genre à se précipiter pour s'en griller une à l'intercours. " Bah alors qu'es ce que vous faîtes là ?" "Bah on va en cours" "Quoi ? ... Oh ! Put...".

    En pas douée confirmée, je n'avais pas remarqué qu'il était 9h et non 10, et que par conséquent je venais de passer une heure en permanence et sans café pour rien !
    Mais bon j'ai le mérite d'avoir fait rire toute la classe et mes pions quand je leur ai demandé de supprimer le retard que je n'avais pas .!

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    12 octobre 2011

    J'additionne les addictions ...

    Cette image n'a rien à voir avec le reste


    Voilà les amis, il y a quelque chose que je ne vous ai jamais dit... quelque chose que je vous ai caché car je ne vous dit pas tout ...
    Remarque je n'ai l'ai dit à quasiment personne.
    Ce n'est pas le genre de chose qu'on dit.

    Au début j'avais essayé pour m'amuser.
    Je savais bien qu'on ne devais pas prendre ce genre de chose à la légère mais j'ai cru que c'était comme d'habitude les adultes qui disaient ça pour nous faire peur.
    Et puis j'avais toujours vu mes parents le faire !
    Alors je l'ai fait, comme ça, pour faire comme les grands.
    Et finalement ce n'étais pas grand chose, c'était même génial !
    J'ai recommencé, et puis j'ai continué ...

    Et maintenant je ne peux plus m'en passer !
    Je ne peux plus envisager d'oublier ce petit rectangle coloré et couvert d'écriture noire chez moi. 
    Dès que je m'ennuie je me sens obligée de le sortir même si je sais que j'aurais pas le temps de finir.
    C'est comme ça, je suis devenue accro, le verdict est simple ...

    Je suis bookaholic !
    C'est comme ça je n'y peux rien, la moindre librairie est pour moi la plus grande des tentations et quand je rentre pour acheter un livre à offrir, je me retrouve avec 5 livres en plus que j'ai acheté en sachant très bien que je ne pourrais pas les lire avant 3 mois, que j'ai un peu une liste de 72 bouquins de philo à lire (que soit disant passant et de façon surprenante je lis beaucoup plus lentement) et que la facture sera salée !



    Le verdict ? Je claque la moitié de mon argent de poche en livres. (ça et en clopes)
    Rendez-vous sur Hellocoton !